Mon compte Enceintes et Musiques - Tél. : +33 (0)6 82 21 79 26

Enceintes et Musiques PEL, JMR, 3D LAB et AUDIOMAT

Commander

Notre site internet vous présente une partie de notre catalogue à titre consultatif.

Pour toute demande de devis et connaître nos meilleurs tarifs et promotions, n'hésitez pas à nous contacter via le formulaire de "contact" ou bien privilégiez le téléphone (06 82 21 79 26). 

Notre service clients et commercial est ouvert tous les jours du lundi au samedi de 9H00 à 18H00

Vous pouvez également nous ecrire par e-mail : contact(arb)enceintesetmusiques.com.

 

Actus & Infos

Steve Shehan à la Fnac St Lazare le 20 janvier 2007

Mini concert du percussionniste Steve Shehan à la Fnac St Lazare,
Paris, le 20 janvier 2007.

A l'occasion de ce concert-dédicace, cette rencontre des plus sympathiques a permis d'approcher la personalité et l'univers musical de Steve Shehan, et d'assister à des démonstrations de quelques-uns de ses instruments les plus emblématiques, tant de son jeu personnel que de l'univers qu'il déploie lors de ses prestations avec ses comparses du fameux "Hadouk Trio".

Accès à l'auditorium du magasin St Lazare, jouxtant la cafétéria du 3° étage, où nous pouvons enfin entrer, après que des problèmes techniques de réglages micros et régie aient été enfin résolus, avec retard sur l'horaire.
Besoin de micros pour ces percussions? Le déroulement de la prestation nous en fera rapidement comprendre les raisons.

Quelques mots d'accueil agréables par le personnel de la Fnac.
Steve fait son entrée dans la salle, propose de nous faire découvrir quelques instruments et facettes de son art et se tient à tout moment prêt à répondre la moindre question. L'atmosphère est des plus conviviales.

vue générale (sans l'artiste!).

Tout d'abord, pour la première présentation, demande de silence, le temps d'établir une "boucle climatesque"....
Utilisant les cymbales, pour une première boucle, ou premier enregistrement mis en boucle, sur lequel il crée de nouvelles parties enregistrées à leur tour, puis de même avec des objets et instruments de sociétés traditionnelles, voire d'objets détournés ou créés par des facteurs très inspirés, parfois à la limite de l'improbable, travaillés directement ou par outils (aux baguettes, à l'archet entre autres), il obtient très rapidement une boucle d'ambiance très construite, qui constitue le paysage de fond sur lequel il va dérouler son récit instrumental.
Je saisis immédiatement la nécessité d'un minimum de mise au point des micros et régie!
De la cohérence, de l'harmonie, il y a de la sensibilité et un grand savoir faire pour poser aussi "simplement" une base aussi évocatrice à partir d'éléments sonores aussi inhabituels.
Percussion (à mains nues) et batterie électro-acoustique pour ce premier morceau.
La batterie acoustique est un seul plateau, comportant plusieurs compartiments auquels sont alloués des instruments contenus je suppose dans une banque de donnée choisie, voire constituée par Steve.

Alors: ici, on aperçoit, notamment: la percussion électronique et sa segmentation multi instrumentale, le hang (la soucoupe volante du fond), au sol le likembe africain et les balais marocains (celui du dessus est apparemment un modèle en début de vie, celui à droite est sur sa fin), un aquaphone (la boule métallique hérissée de tiges: elle se travaille à l'archet, pour des sons d'ambiance et non pour une mélodie, et l'eau que l'on y verse permet de moduler les harmoniques par des mouvements de l'instrument), la cloche, et le cylindre à ressort à coté de l'archet, les espèces de petites flutes de pan qui font un son semblable aux batons de pluie. Un bien drôle d'inventaire, pour une musique parfaitement architecturée, puissamment évocatrice, même (et peut-être même grâce à celà) si elle nous sort de nos repères musicaux traditionnels.

Hagini.

2° présentation: le "hagini". Mélange de 2 instruments, l'un nigérien et l'autre indien, il est constitué de 2 poteries assemblées et aux volumes internes communicants, permettant par le jeu des 2 mains d'obturer plus ou moins les 2 orifices, et par là faire varier les pressions internes, et d'obtenir une gamme. Steve a participé à l'élaboration de cet instrument, et à leur finalisation, avec un ami américain. Une fois au point, ce modèle est façonnable par moulage, et se permet le luxe d'être accordé (do ou si b, faites votre choix!). Steve l'utilise des paumes et des doigts, c'est un instrument puissant, énergique, mais capable aussi de douceur comme de précision.

Steve Shehan et Hagini ( Hang au sol, et Ocean Drum face au mur).

3° présentation: l'"Ocean Drum".
Je vais enfin avoir réponse à une de mes interrogations, suscitée par le 2° disque de l'album "Live à FIP"

L'ocean drum est un instrument large, à double peau, ici contenant des billes. Ces billes sont donc la source du son étonnant entendu dans l'album cité, et que je n'avais alors sû identifier. Steve le joue verticalement, des paumes, des doigts, sur la peau, sur la bande -c'est à ce moment que "jouent les billes- avec une ahurissante dextérité, non seulement technique, mais surtout non dénuée de sensibilité, dans un élan puissant et communicatif, inexorable et entrainant. Les doigts frappent, frottent, sont jetés, percuttent.

A la question des divers influences et apprentissages mis en oeuvre dans le jeu sur l'Oceandrum, Steve évoque des glissements entre les cultures musicales brésiliennes, gnawas du maroc, moyen-orientales, et nous fait entendre quelques passages de changement de mesures, l'interpénétration de la mesure en 6/8 vers d'autres mesures, à priori difficiles à marier, mais simples sous ses doigts.

Steve Shehan et Ocean Drum (Hang à l'arrière).

Le "Hang" qui suit est lui plus inhabituel, sauf pour les habitués du Trio. C'est une sorte de soucoupe, composée de 2 espèces de wok assemblés, fonctionnant sur le principe des steeldrums (surface métallique bombée dont les différentes parties de surface permettent de produire des notes). Qu'on ne s'y trompe pas: cet instrument est de conception et de fabrication suisse, et aussi surprenant, le modèle présenté propose une gamme iranienne. Il est joué de rythme et de mélodie, soutenu dans le même temps par des percussions variées, qui habillent la mélodie et font un récit cohérent et autonome, allant plus loin qu'un simple jeu soliste de l'instrument.

Les balais marocains sont ensuite à leur tour à l'honneur. Ces simples balais traditionnels de ménage sont les outils de percussion privilégiés de Steve, ils sont pour moi sa signature sonore. Ils donnent plus des timbres et des sonorités des percussions travaillées qu'avec les habituelles baguettes. Leur "rodage" est essentiel à leur sonorité: ils doivent être joués plusieurs mois avant d'atteindre leur maturité nécessaire à la délicatesse, au fini, et à la maitrise des sonorités. Avant, trop rêches, trop bruts, et après, (passé 18 mois, ou plus, selon l'usage), trop usés, fatigués et raccourcis! La maîtrise et la gestion de la vie de balais de cuisine, voilà où peut mener l'exigence en matière de sensibilité musicale!

Mais entre les mains expertes, ces outils permettent de déployer les sonorités des peaux et cymbales, dans une grande variété de gestes et frappes, comme avec les mains, mais dans un registre, un fini différent et hautement sensible à l'écoute.

Suivent différentes écoutes, à la main sur les peaux, quelques échanges sur la génèse de certains instruments. Steve recherche et travaille avec de nombreux facteurs, reconnaissant leurs talents, et participant à la mise au point, aux essais et finalisations de plusieurs modèles. Mais ne se reconnait pas les capacités de facteur lui même, s'en remettant à ces maîtres dans leur domaine. Ses apprentissages, ses évolutions doivent beaucoup aux voyages, aux échanges, aux écoutes, auprès de maîtres des cultures traditionnelles, autant que de grandes figures de la musique du XX° siècle, en jazz notamment (je n'ai pas retenu les noms, je ne voudrais pas faire d'erreurs), j'ai juste reconnu quelques noms de "pointures" internationales, au contact desquelles Steve dit avoir énormément appris, sans parler de tous les artistes actuels avec lesquels il a régulièrement collaboré ces dernières années.

Ses conseils pour l'apprentissage: le travail, la technique, qu'il ne se sent pas le caractère d'enseigner, mais aussi l'ouverture, l'écoute, les échanges sont conseillés, et surtout utiliser sa ou ses sensibilités, son intuition, ses aspirations pour laisser jaillir son style personnel, sa propre sensibilité.
Lui même a démarré tardivement, après d'autres instruments (piano,...), et il apprécie particulièrement l'universalité des instruments de percussion qui permettent l'échange immédiat, où que l'on voyage.

Dernière pièce jouée, avec le likembe africain et un passage réalisé avec les balais, pour une dernière "boucle climatesque" (la bien nommée), pour des percussions avec les mains. Il travaille énormément ses peaux. Avec lui, les instruments à peau tendue ne sont pas 1 instrument-1 note, frappés plus ou moins fort ou vite, mais une infinité de variations de notes, de frappes, d'attaques, d'extinctions raccourcies, prolongées, modulées, timbrées. Une peau devient presque aussi riche qu'un violon, dans l'infinité de variations de jeux possibles et explorés avec beaucoup de musicalité. On pense aux tablas indiens, bien que cet instrument n'ai pas été particulièrement exploré, nécessitant à lui seul une dizaine d'années d'enseignement oral. Mais une partie de sa philosophie est utilisée là.

Les sonorités proposées sont à chaque fois très riches, mais aussi très étendues dans les fréquences utilisées: des aigus du triangle et des harmoniques des instruments métalliques, précis et détaillés, aux basses très profondes des percussions parfois amplifiées électriquement (hagini,...). L'étendue des sonorités rend une richesse musicale, une exploration aussi large du champ sonore réjouit les sens et suscite des émotions musicales au delà de la simple écoute instrumentale. Notre corps participe plus intensément au spectacle, au tableau proposé à chaque morceau.

La présentation- mini concert s'achève par quelques mots de remerciements, et par des petites conversations amicales et dédicaces d'albums.
Une belle manifestation, ouverte, chaleureuse, communiquante. Le sentiment d'être les destinataires directs de la musique proposée là, de manière plus évidente qu'à l'écoute d'un disque bien sûr, mais plus qu'à un concert aussi.

Cet évènement marque de belle façon le soutien de la Fnac. Steve Shehan produit ses propres albums, avec Safar Production, et la Fnac St Lazare a la gentillesse de diffuser ses albums: le dernier "Elevations", avec le poète musicien iranien Reza Derakshani, mais aussi les 5 albums précédents de Steve Shehan.

Vous pouvez compléter votre découverte ou les écoutes d'instruments ou de musiques par le site

http://www.steveshehan.com
voir notamment la rubrique médiathèque, où divers enregistrements vidéos et extraits musicaux sont disponibles à l'écoute

crédit photo: Enceintes et Musiques.