Mon compte Enceintes et Musiques - Tél. : +33 (0)6 82 21 79 26

Enceintes et Musiques PEL, JMR, 3D LAB et AUDIOMAT

Commander

Notre site internet vous présente une partie de notre catalogue à titre consultatif.

Pour toute demande de devis et connaître nos meilleurs tarifs et promotions, n'hésitez pas à nous contacter via le formulaire de "contact" ou bien privilégiez le téléphone (06 82 21 79 26). 

Notre service clients et commercial est ouvert tous les jours du lundi au samedi de 9H00 à 18H00

Vous pouvez également nous ecrire par e-mail : contact(arb)enceintesetmusiques.com.

 

Actus & Infos

Un bon système Hi-fi rend-il toutes les musiques meilleures ?

Un meilleur système d'écoute, de meilleures musiques ouïes ?

Un bon système Hifi (stéréo ou multicanal) profite-t-il à toutes les musiques et enregistrements ?

Nous sommes nombreux à ressentir comme une opposition, ou à tout le moins une différence de comportement réelle entre, généralement, des enregistrement de classique, et d'autres de musiques populaires actuelles. Et certains s'interrogent: y a-t-il des systèmes d'écoute ou des appareils qui "préfèrent" le classique, et d'autres la musique électro ?

Pas tout à fait, mais il y a un fond de réalité dans cette expression spontanée, dans ce ressenti.

La logique primaire voudrait qu'un meilleur système d'écoute rende mieux chacun des enregistrements, quel que soit sa nature, ou le type de musique écouté. C'est exactement ça, mais le rendu musical n'y trouve pas son compte de la même manière, à cause de la nature intrinsèque des enregistrements.

C'est juste que, décrivant une distinction entre musique classique et jazz d'un coté, et musiques électro pop et autres actuelles de l'autre, l'analyse est passée juste à coté de la vraie raison.
Je vous rassure, c'est une erreur très souvent commise, et qui a une explication.
Il n'y a pas d'opposition entre musique classique (et Jazz) et musique moderne, voire plus précisément entre musique acoustique et musique électro (qui déjà pointe plus les phénomènes évoqués). Effectivement, le système d'écoute se fiche de la musique qu'il diffuse, il ne l'analyse pas pour s'y adapter et modifier le rendu qualitatif.
La vraie raison de ces différences de comportement n'est pas le style de musique, mais son niveau de compression de dynamique.

Rappel: la dynamique peut être décrite comme la possibilité d'écart entre les niveaux sonores les plus faibles et les plus forts. Les écarts dynamiques importants ont à la fois une variabilité de niveau sonore très étendue, mais aussi par conséquence une capacité discriminante entre petits écarts beaucoup plus grande (on perçoit plus naturellement les moindres différences de niveau), ce qui rend plus le réalisme et la richesse des sons et musiques écoutées.
Il se trouve que généralement et globalement (avec exceptions donc), les musiques acoustiques (quels que soient leurs styles) ont moins de compression de dynamique, et les musiques électroacoustique subissent majoritairement et volontairement, de la part des ingés son et labels, une compression de dynamique maximale.
Ce qui est décrit comme frustration avec la musique électro sur des systèmes rendant bien le classique ne fait que décrire la platitude réelle de la dynamique des enregistrements électro, lus par des systèmes transparents.

On ne peut pas corriger après coup un enregistrement compressé en dynamique.
Par contre, on peut compenser cette compression par un son "rond", adouci, qui favorise le bas médium et le haut grave, par un peu de trainage, ou une large bosse bien placée dans la courbe de réponse. C'est là où certains éléments de système (enceintes, ampli, ...) valent mieux que des appareils qui font des merveilles sur les musiques peu ou moins compressées, comme généralement la musique acoustique (classique, ...). Ces petites ou grandes modifications, voulues, ou bien conséquences de manque de qualité des appareils et systèmes sur certains critères de restitution, ont pour conséquence de faire perdre en transparence, détails, neutralité, homogénéité, toutes choses préjudiciables aux musiques acoustiques, dont la moindre réalité ou tout trafic sont plus facilement repérables, et dommageables pour le réalisme du rendu, et le plaisir et les émotions qui peuvent en découler.

C'est là que l'on peut admettre de réfuter qu'un bon système sait tout bien passer, et se fiche de la musique qu'il passe. C'est en effet l'inverse: un bon système ne fera pas des mauvais enregistrements (en fait des enregistrements pas mauvais, mais compressés en dynamique) de bons enregistrements: le bon système fera entendre les enregistrements compressés dans toute leur fadeur.
Pour bien ressentir un enregistrement compressé, il faut compenser par des effets, de la coloration, qui compensent la compression et rendent l'écoute agréable malgré la compression, mais en travestissant les sons et la musique, en la fardant, la maquillant, et toujours de la même manière.
On ne peut rien à ça, aucun système ne peut à la fois être très fidèle et transparent pour donner le meilleur des bons enregistrements, et en même temps "récupérer" de mauvais enregistrements en les trafiquant pour les rendre agréables.

C'est la même chose en photo: une définition pas très poussée fait paraitre tout assez agréable, les beaux visages comme les laids. Mais on perd énormément de nuances, de subtilité, et quelques visages très beaux passent pour anodins avec cette définition, et il n'y a pas de visages carrément moches.
Si on augmente la définition de l'image, les écarts se creusent, certains visages apparaissent comme pas aussi beaux, voire avec des défauts plus ou moins marqués, d'autres prennent une vraie beauté, subtilité, richesse. C'est pareil pour la qualité sonore et musicale, sur un petit système pas trop mal fichu tout passe, sans grande richesse de timbres et de subtilités; sur un très bon système, on change d'univers à chaque enregistrement, et on distingue tous les éléments intrinsèques des enregistrements, les bons et réussis, les carrément mal fichus, avec tous les éléments distincts de leurs natures profondes.
Avec un système qualitatif, quel qu'il soit, on gagne non pas en beauté générale, mais en vérité générale sur la vraie nature des enregistrements, et beaucoup en électro sont vraiment pourris en dynamique, à tel point qu'il vaut souvent mieux rechercher des musiques pop dans leur version originelle vinyle que sur la version CD remasterisée qui a trop souvent subi une effroyable compression de dynamique dont ne souffrait pas l'édition vinyle.

 

Alors que choisir, classique ou électro ?
Avant tout les musiques qui nous plaisent, et dans celles-ci, celles qui sont de qualité. Nous pouvons apprécier certaines musiques compressées, parce qu'elles n'existent pas sous une autre forme et que même compressées nous y trouvons notre compte, et d'un autre coté aller vers des musiques dont l'enregistrement est de qualité, jusqu'à l'extrême,  juste pour le plaisir du son de qualité.
Et à l'extrême, garder en parallèle 2 éléments de système pour préserver le meilleur des 2 types d'écoute: par exemple un bon système transparent, neutre, et adjoint à ce système performant, 1 élément qui permet de "récupérer" les enregistrements compressés: une source (c'est le plus simple à raccorder au système en parallèle) lecteur d'entrée de gamme à la typologie ronde, confortable, pépère (forcément au détriment des détails et de la transparence, mais qui compensera -et non corrigera- les dynamiques compressées)