Où va la presse Hifi en France ?

Les news d'Enceintes et Musiques: le site, le forum, les évènements
Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9091
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 02 Juil 2013, 19:59

L'état de sante de la presse Hifi n'est globalement pas au top
Les revues HiFi font l'objet de nombreux reproches et regrets de la part du lectorat actuel et potentiel
Que font les acteurs de la presse Hifi, que peuvent-ils faire, que s'empêchent-ils de faire, que souhaiteraient-ils faire ?
Quelles sont les contraintes, et les manières de les gérer ?
Le modèle économique de la presse papier Hifi semble dans la tourmente, quid de son rapprochement avec le net ?
Quels modèles économiques sont à envisager pour le papier et le net, suite aux tentatives passées et en cours ?
Quelles évolutions possibles pour la presse HiFi ?
Les rapports entre rédactions, lecteurs et annonceurs peuvent-ils être modifiés, pour la presse papier et pour les structures rédactionnelles web ? dans quel sens ?


Voir l'article publié sur le site

Vous pouvez intervenir et réagir ici.

stan3554
Audiophile
Messages : 20
Inscription : 17 Déc 2012, 16:07
Localisation : Bretagne

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar stan3554 » 21 Juil 2013, 10:14

Le principe de rester flou sur les conditions de test, de ne pas mentionner les matériels expertisés de moins bonne qualité, bref de ne pas être transparent, n'a, à mon avis, plus de sens. A l'heure où tout le monde peut échanger sur tout, la "rétention" d'information de la presse papier hifi ne joue pas en sa faveur.
Sources : LP12 avec bras Ittok LVII et cellule Transfiguration Axia, Naim UnitiQute (tout en un), lecteur CD naim CDi
Préampli : Naim NAC72 (Olive) avec alimentation externe Hicap (CB)
Ampli : Naim NAP250 (CB)
Enceintes : Naim SBL MkII

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9091
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 22 Juil 2013, 16:28

Bonjour
Merci à vous.
Les conditions de test des revues sont très variables:
Certains journalistes ont 1 système référent d'écoute, avec l'avantage de bien le connaitre, mais le gros inconvénient de privilégier les appareils qui s'accommodent de ce système, en défavorisant tous les autres.
Problème aussi avec des appareils testés plus performants, faisant apparaitre à l'écoute des limites et des défauts provenant des appareils du système référent, mais imputés à tort à l'appareil en test -je sais pas si je me fais bien comprendre-; exemple: on teste une enceinte qui monte très haut dans les aigus, et les hautes fréquences ferraillent. Réflexe: "l'enceinte en test ferraille dans le haut du spectre", alors qu'en fait, ça peut être l'ampli référent qui ferraille, mais l'enceinte référente ne monte pas assez haut pour faire entendre ce défaut d'ampli. Confusions et erreurs fréquentes sur plusieurs critères qualitatifs.

D'autres panachent divers système (s'aidant des divers matériels en prêt), offrant l'intérêt de la multiplicité d'associations, mais l'inconvénient de moins connaître les divers matériel, avec le risque avéré et fréquent d'imputer un défaut ou une limitation à un maillon ou un appareil quand le lieu du problème est ailleurs. Fréquemment vu aussi dans certaines revues.

D'autres pratiquent des écoutes ou des rédactions de bancs d'essais collégiaux, ou multiples (quasiment disparus avec la baisse des moyens de la presse HiFi)

D'autres encore ont un système d'écoute référent atypique, extrêmement performant sur certains critères, droit comme un I, dont les comportements d'association sont parfaitement connus, par une grande expérience. Pas un système pour écouter la musique, mais un système pour expertiser le rendu musical des appareils testés. Tests complétés par des mesures pertinentes, et des écoutes expertes et documentées.
Personnellement, c'est la dernière solution actuelle qui a ma préférence, mais elle comporte un défaut: les vraies expertises et résultats des écoutes de ce type ne sont pas donnés dans leur entièreté, pour les raisons expliquées dans l'article du site. Peu de personnes sont équipées de ces matériels, ont ces capacités de mesures, et d'écoute, et cette expérience d'écoute. Malheureusement, le résultat proposé ensuite dans les revues est beaucoup trop édulcoré.

C'est là la rétention d'information que je trouve la plus dommageable pour le lecteur, et pour la personne désireuse de savoir et comprendre.
Je comprends les raisons, mais je ne les trouve pas efficaces dans leur but, ou ne résolvant pas efficacement les contradictions de l'exercice: dire le vrai des produits, sans plomber des professionnels souvent fragilisés, par l'effet démultiplicateur sur le net des moindre limitations communiquées noir sur blanc sur un écrit de revue.

stan3554
Audiophile
Messages : 20
Inscription : 17 Déc 2012, 16:07
Localisation : Bretagne

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar stan3554 » 22 Juil 2013, 20:04

Dans le même temps, normalement on en attend pour son argent.
Personnellement, je préfère un système entrée de gamme qui va simplifier le message mais procurer une écoute chaleureuse et vivante, à un système haut de gamme chirurgical qui va amener une froideur déconcertante. Je résume et use de clichés, c'est un raccourci pour traduire une approche.
La presse me satisfera si elle met en avant le côté simplificateur du 1er système (sa non performance) tout en soulignant la "qualité" de l'écoute simplifiée.
C'est peut-être là un défaut de nous autres consommateurs : on veut classer, mettre sur un podium, et parfois acheter "le meilleur".
Mais le meilleur à mes oreilles ne l'est peut-être pas à celles de mon voisin.
Maintenant, pour des produits de gamme et d'objectif d'identité sonore comparables, il peut y en avoir des mal-nés.
Faut-il le dire ou non ? C'est vrai qu'il y a une offre pléthorique, ce qui fragilise les constructeurs. Mais quelle place a un appareil mal-né sur le marché ?
Sources : LP12 avec bras Ittok LVII et cellule Transfiguration Axia, Naim UnitiQute (tout en un), lecteur CD naim CDi
Préampli : Naim NAC72 (Olive) avec alimentation externe Hicap (CB)
Ampli : Naim NAP250 (CB)
Enceintes : Naim SBL MkII

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9091
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 22 Juil 2013, 21:22

L'ensemble du système (système d'écoute, mesures sur banc, écoutes documentées) est utilisé pour tous appareils et systèmes.
La nature intrinsèque et les caractéristiques de chaque élément testé sont plus facilement accessibles, mais ne disent pas ensuite quels appareils il faut préférer. Ce n'est pas leur rôle, ce n'est pas dans leurs capacités.

On touche là à la difficile différence entre établir la nature des appareils (leurs caractéristiques réelles, objectives), et opérer un choix entre des appareils et faire des associations pour constituer un système d'écoute.
Les bancs d'essai devraient permettre de connaître les typologies de natures et de comportement des appareils, leur nature intrinsèque, chacun ensuite (chaque lecteur) s'orientant vers les éléments et appareils qui correspondent le plus à ses besoins ou à ses aspirations.

Il y a peu d'appareils vraiment mal nés: même les pires appareils auxquels vous pouvez penser selon les critères de restitution qui vous importent, trouvent des personnes pour lesquels ces appareils répondent parfaitement à leurs aspirations, ou se satisfont largement du résultat procuré.
Sauf si gros pépin technique (ça arrive), où là, il faut que le fabricant soit mis au courant (il ne l'est pas toujours, ou ne veut pas toujours l'admettre) et qu'il réagisse avant le déchainement des meutes mises au courant, ou alors qu'il affronte les reproches s'il décide d'assumer (parfois aussi, des reproches majoritaires sont fait à tort, comme aussi des encensements majoritaires à tort, et des réputations usurpées).

stan3554
Audiophile
Messages : 20
Inscription : 17 Déc 2012, 16:07
Localisation : Bretagne

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar stan3554 » 08 Août 2013, 17:04

Excusez-moi de ne pas avoir suivi, vacances obligent ... :D
Tout à fait d'accord avec vous. Une évolution serait peut-être alors de déterminer comment restituer aux lecteurs les caractéristiques des appareils testés ?
Avec quels mots, et quelles catégories de restitution créer pour pouvoir 'cerner' la signature du matériel testé ?
Je fais une analogie avec le cinéma : quand je connais les goûts d'un critique et son style (quels mots ou tournures il utilise pour dire quoi), je peux assez bien savoir à la lecture d'une de ses critiques si je me décide ou non à aller voir le film critiqué.
Mais j'en reviens à la même constatation : on peut lire des critiques de films qui se font malmener, pas de matériel hifi.
Peut-être que nous avons besoin de lire des avis négatifs pour nous rassurer sur l'honnêteté des avis positifs ... :mrgreen:
Sources : LP12 avec bras Ittok LVII et cellule Transfiguration Axia, Naim UnitiQute (tout en un), lecteur CD naim CDi
Préampli : Naim NAC72 (Olive) avec alimentation externe Hicap (CB)
Ampli : Naim NAP250 (CB)
Enceintes : Naim SBL MkII

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9091
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 08 Août 2013, 18:00

stan3554 a écrit :... Peut-être que nous avons besoin de lire des avis négatifs pour nous rassurer sur l'honnêteté des avis positifs ... :mrgreen:


C'est exactement ça, en plus de la nécessité de la compétence du testeur et de la pondération qu'il doit faire avec ses matériels de test, pour nous dire (idéalement) la nature intrinsèque des appareils, et si possible des éléments sur les associations envisageables, et les cas de figures à privilégier ou à éviter (cerner certaines limites des appareils).

Et les avis n'ont pas forcément besoin d'être négatifs, tellement il y a d'appareils qui font du très beau boulot au prix proposé, mais au moins des indications de limites, et des typologies de comportement et de restitution seraient utiles au lecteur. Un matériel peut être par exemple être limité dans le bas grave, ce qui n'embêtera pas pour certains usages, surtout si par ailleurs il fait des merveilles. Ce n'est pas forcément un défaut (tout dépend de l'utilisation et des attentes), mais c'est une information de limite qui peut être précieuse.

Le signalement de points "limites" à négatifs permet effectivement de porter par ailleurs un vrai crédit à l'annonce de qualités sur les autres critères d'évaluation.

Si le testeur n'est pas d'une neutralité absolue, on peut s'en sortir dès lors qu'on a pu au fil de ses chroniques cerner ses goûts et ses critères de prédilection, comme vous l'écrivez.

Avatar de l’utilisateur
Lionel
Audiophile
Messages : 2902
Inscription : 28 Juil 2013, 15:19

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Lionel » 10 Août 2013, 21:07

Bonsoir,

L'affaire est très compliquée : voici une bonne dizaine d'années que j'essaie d'analyser cette question. Accepter de publier un encart publicitaire, facturé à grands frais, et accepter en même temps de rédiger un compte rendu négatif 3 pages avant ou après relève du non sens, et / ou se tirer une balle dans le pieds.

Les revues françaises et internationales jouent le même jeu et ne peuvent plus alors objectivement mettre en lumière des carences sur le plan musical, et signent donc des certificats de complaisance à tout va. Les audiophiles amateurs se rassurent en lisant des comptes rendus élogieux, et il y a derrière tout cela une forme d'auto-suggestion assez caractéristiques. Il y a une trentaine d'années, la très sérieuses HIFI-CONSEILS publiait des comptes rendus en faisant abstraction de toute forme de publicité, et le lecteur y voyait clair.

D'un autre côté, le contexte économique fait que la survie d'une revue induit de l'emploi, et une activité économique, qu'il convient de respecter....mais pas à tout prix. Par ailleurs, les bons journalistes spécialisés se font rares, et les scripteurs de la jeune génération ne prennent pas la relève. Ils baignent de surcroît dans un milieu qui touche de près à la distribution des dit-produits audio, ce qui fausse l'analyse des produits écoutés (lorsqu'ils sont écoutés....).

Enfin, les scripteurs n'ont pas le monopole de l'écoute, et il me semble que beaucoup d'amateurs ont une oreille suffisamment exercée pour apporter leur contribution - mais ceux-ci ne sont pas toujours à même de vouloir ou pouvoir rédiger des compte rendus structurés.

Je rebondis tout de même sur la réflexion de Xavier qui rapporte que Il y a peu d'appareils vraiment mal nés. Si à l'heure actuel, il apparaît que certains produits donnent satisfaction, il s'avère qu'il traîne dans le circuit des produits qui ne sonnent tout simplement pas, et comme par hasard ces produits nous viennent la plupart du temps de Chine. Et si ceux-ci délivre une jolie musique, force est de constater qu'ils deviennent vite lassant ou ennuyeux à la longue.

Lionel SCHMITT
Audiophilefr.com

stan3554
Audiophile
Messages : 20
Inscription : 17 Déc 2012, 16:07
Localisation : Bretagne

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar stan3554 » 10 Août 2013, 23:02

Et si ceux-ci délivre une jolie musique, force est de constater qu'ils deviennent vite lassant ou ennuyeux à la longue.

... d'où l'intérêt des forums, où on pourra lire de tels avis lorsque l'acquéreur ne restera pas aveuglé (ou plutôt sourd dans le cas présent ;) ) par le fait qu'il a fait l'achat.

Effectivement, rester objectif à propos de constructeurs dont on reçoit des subsides, c'est comme la quadrature du cercle.
Encore que ... Si l'objectif du constructeur est de simplement vendre en quantité, alors oui, le problème reste entier. Si par contre sa démarche est de s'améliorer, n'y a-t-il pas un intérêt à voir mis en lumière des points négatifs pour leur apporter une correction ?
Certainement que oui, mais quel coût peut avoir cette approche d' "amélioration continue", et dans quelle mesure les avis exprimés font-ils référence ?
Les constructeurs font-ils des pré-séries, diffusées auprès de "cobayes" identifiés, pour avoir un retour et apporter d'éventuelles correction avant production en série et mise sur le marché ?
Sources : LP12 avec bras Ittok LVII et cellule Transfiguration Axia, Naim UnitiQute (tout en un), lecteur CD naim CDi
Préampli : Naim NAC72 (Olive) avec alimentation externe Hicap (CB)
Ampli : Naim NAP250 (CB)
Enceintes : Naim SBL MkII

Avatar de l’utilisateur
Lionel
Audiophile
Messages : 2902
Inscription : 28 Juil 2013, 15:19

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Lionel » 10 Août 2013, 23:26

Bonsoir,

L'intérêt des forums ! c'est une autre question. Le propre du forum est que tout le monde peut apporter sa contribution et sa pierre à l'édifice. Seulement voilà, parmi X intervenants, combien connaissent réellement le sujet ? J'ai eu beaucoup de joie à animer (voir modérer) le forum qui était lié à Audiophilefr.com, pendant 8 ans. J'ai effectivement repéré un ou deux (plus peut-être) passionnés dont les arguments et le soin apportés à l'écoute étaient réellement au dessus de la mêlée, mais combien d'autres ont apporté une contribution vraiment maigre (y compris parmi l'équipe de modérateurs / administrateurs actuels ou passés).

En ce qui concerne l'amélioration continue, les marques dignes d'intérêt et qui sont en général de petits manufacturiers (français, plus généralement Européens ou Américains, etc....) sont dans une perspective d'amélioration constante et d'adaptation. Les grandes marques qui défrayent la chroniques ne cherchent pas vraiment à améliorer la qualité musicale de leurs produits, mais avant tout à s'adapter au marché, à la demande, aux modes.

En ce qui concerne la dernière question, les petits constructeurs très sérieux font des produits de pré-série mis à disposition de cobayes identifiés pour recueillir leur avis. A titre personnel, je suis de temps à autre sollicité sur ce point. Parmi les concepteurs / constructeurs, du temps de la " grande époque YBA ", le concepteur nous mettait à disposition des produits afin de recueillir les avis avant de valider ou modifier la production définitive. S'agissant de cette marque, il est bien évident que l'actuel propriétaire de la marque (Shanling) n'opère plus de cette façon, au grand désespoir du concepteur d'origine. Quand on connaît la réputation musicale des produits Shanling et le peu de sérieux avec le quel ils sont réalisés, cela laisse penser à des lendemains de fêtes douloureux.
Voilà d'ailleurs un excellent exemple de produits qui ne sonnent pas.

Lionel SCHMITT
Audiophilefr.com

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9091
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 12 Août 2013, 18:38

Presse et forums, voilà 2 modes de fonctionnement bien distincts, 2 sources d'informations pour l'amateur de Hifi.
Avec évidemment chez chacune des avantages et intérêts d'une part, et des gros inconvénients, risques, et abus de toutes sortes de l'autre.
A voir s'il n'y aurait pas moyen de faire son marché de l'un et de l'autre, en repensant les manières de faire (et de dire), dans ces 2 médias.
Les modèles économiques aussi sont différents, et difficilement mixables.
Mais c'est très probablement dans l'observation féconde de ces 2 mondes, et d'autres connexes (la presse et les forums informatiques), que la presse Hifi pourrait trouver une source d'évolution un peu plus optimiste que ce qu'elle envisage (ou qu'elle n'envisage même plus du tout) pour son avenir à moyen terme.

stan3554
Audiophile
Messages : 20
Inscription : 17 Déc 2012, 16:07
Localisation : Bretagne

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar stan3554 » 12 Août 2013, 21:31

Je pense aussi.
Dans le contexte actuel où 'tout le monde a un avis sur tout', l'interactivité s'impose, et un mois de délai entre deux numéro de presse écrite, ce n'est plus de l'interactivité.
Sources : LP12 avec bras Ittok LVII et cellule Transfiguration Axia, Naim UnitiQute (tout en un), lecteur CD naim CDi
Préampli : Naim NAC72 (Olive) avec alimentation externe Hicap (CB)
Ampli : Naim NAP250 (CB)
Enceintes : Naim SBL MkII

Avatar de l’utilisateur
Lionel
Audiophile
Messages : 2902
Inscription : 28 Juil 2013, 15:19

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Lionel » 13 Août 2013, 00:49

Bonjour,

Oui, et il ne reste plus qu'à faire le tri entre ce qui est dit sur chacun des deux vecteurs d'information....

Cela dit, à différentes reprises, les revues se sont essayées à faire participer des audiophiles amateurs pour juger de la qualité des produits - même Haute Fidélité (c'est dire). L'exercice me semblait intéressant; je ne saurais dire si les dès étaient pipés, mais l'idée de faire participer un public non professionnel et averti me semblait bonne et pourrait faire son chemin. Cela donnerait en outre de la crédibilité aux articles de fond, et davantage si les parties ne sont pas du même avis. A partir du moment où chacun donne une opinion argumentée, cela pourrait permettre au lecteur d'y trouver des réponses précises.

Lionel SCHMITT
Audiophilefr.com

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2122
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar MICHEL » 14 Août 2013, 14:37

Je trouve quand même... que, dans les revues spécialisées, on assiste à des tests décrits à force d'adjectifs loin de l'objectivité ( il y a un "ultra" tous les 50 lignes, et pas une conclusion où ne manque cet adjectif pour l'un, et pour ce qui est de l'autre, restons Français, des tests que l'on pressent orientés en fonction des intérêts de certains journalistes ).
De plus, si l'on fait la sommation des test et que l'on calcule la valeur moyenne des appareils testés, on arrive gentiment à plus de 5000 euros par tests. Il n'y a rien d'intéressant en dessous ? Qu'achètent donc la plupart des lecteurs intéressés, ils font tous partie des gens assez aisés ? Et les autres ...?

Avatar de l’utilisateur
Lionel
Audiophile
Messages : 2902
Inscription : 28 Juil 2013, 15:19

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Lionel » 15 Août 2013, 00:13

Bonjour Michel,

Je suis bien d'accord avec vous. Sans vouloir rivaliser avec la presse dite spécialisée, dans mes compte rendus, vous y verrez des remarques parfois bien différentes de celles de la dite presse (voir entre autres, Audio Analogue Crescendo ou Kef Blade pour l'exemple). Pour les cotations, je délaisse le système de notations sur 10, très critiqué par ailleurs, et que je considère aujourd'hui comme un non sens, et préfère synthétiser l'écoute par 3 termes peut-être plus parlants (c'est compliqué à déterminer).

Je vous rassure, il y a tout de même des produits (français entre autres) qui aux alentours des 1000 € (et même inférieurs) qui sonnent bien et juste.

Lionel SCHMITT
Audiophilefr.com

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 19 Août 2013, 12:26

Qu'une revue qui s'appelle "Stéréo Prestige" ne chronique que des appareils de haut de gamme me semble logique, peut-être faudrait-il créer "Mono Misère" pour satisfaire tous les budgets. What Hifi qui est plus orienté milieu et début de gammes répond à cette attente.

Il ne faut pas confondre revue technique et revue de tests. La première décortique, mesure, explique à destination d'un public très averti tandis que l'autre teste pour vous, à la manière d'une revue culinaire qui ne vous explique pas systématiquement comment on fait pousser un poireau mais se contente de vous dire s'il est bon.

Personnellement, je ne vois pas d'intérêt à impliquer des amateurs dont les compétences sont inconnues, ça ne peut être qu'anecdotique car je ne sais rien de cet amateur. Ce que j'attends d'un magazine hifi est qu'un testeur professionnel dont je reconnais la compétence me dise ce qu'il a aimé et pourrait éventuellement m'intéresser, pas du reste dont je me contrefiche éperdument car je n'ai aucune envie de dépenser mon argent dans une revue pour y lire qu'un appareil est mauvais; je veux rêver, pas détester.

La vocation d'une revue est aussi de tenir le lecteur informé de toutes les nouveautés.

Recommander des associations entre matériels est illusoire et ne peut être qu'approximatif car la revue ne dispose pas de tout l'arsenal d'appareils nécessaire pour vérifier ce que ça donne en réalité. C'est le métier du revendeur qui se rend chez son client et qui verra sur place si le résultat convient, chacun son boulot.

L'intérêt du journaliste n'est pas lié à un annonceur en particulier mais à tous les annonceurs, ceux qui annoncent déjà et ceux qu'il aimerait avoir. Il faut être gentil avec tout le monde et surtout avec les lecteurs car ce sont les lecteurs qui attirent les annonceurs. Croyez-vous que Diapason ait un intérêt financier majeur à défendre certaines toutes petites marques qui n'ont pas et n'auront jamais assez d'argent pour se payer un quart de page dans la revue. Un peu de bon sens s'il vous plaît. Tous les annonceurs ont-ils un Diapason d'Or et tous les Diapason d'Or sont-ils assortis d'une page de pub ?

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9091
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 19 Août 2013, 13:41

Bonjour

Tout comme Philippe, je suis circonspect sur la participation d'amateurs pour produire des compte-rendus d'écoutes dans une revue: pas du fait de la qualité d'amateur, qui n'a rien d'incompatible avec l'exercice, mais du fait que ces testeurs soient à la fois inconnus (pas de références sur leurs capacités), et pour le fait que rien ne certifie leurs compétences et savoir-faires.
On pourra me rétorquer que c'est la même chose avec certains journalistes et professionnels testeurs, et on aura raison pour certains.
Mais je sais que Philippe et moi avons en tête, concernant Stéréo Prestige, des personnes dont les compétences sont littéralement maximales pour ce genre d'exercice, en face desquelles un amateur juste amateur (et dont on ne connait ni ni l'expérience, ni la compétence, ni le savoir-faire) n'offre que peu d'intérêt, et pas mal de risques (passer à coté de défauts, comme de qualités, et faire des erreurs de diagnostiques et de jugements).

Par contre, je rejoins les demandes générales, les regrets exprimés à propos des commentaires et remarques assez lissées de la revue, toujours gentilles ou superlatives, sans jamais, ou à mots trop couverts, de reproches ou de signalement de limites des appareils testés. Même si je comprends les raisons de ce filtre, je le regrette, et je trouve au final que cette absence de réserves ou de reproches circonstanciés retire ou minimise à l'excès l'intérêt des vraies qualités relevées, spécifiées et décrites des produits testés.
Je sais que Patrick Vercher (nommons le puisqu'il s'agit essentiellement de lui, il le mérite) a les compétences décrites ou sous entendues par Philippe, mais je sais aussi qu'il met sous le boisseau bien des précisions et jugements qui seraient très utiles au lecteur, augmenteraient l'intérêt des articles, voire celui porté aux produits. Une grande partie de ses compétences, et de l'expertise fouillée qu'il fait des appareils, sont inexploités, alors qu'ils profiteraient à tous, aux lecteurs, à sa revue, et même aux fabricants qu'ils pousseraient encore plus à l'amélioration de leurs appareils.
Idem s'il acceptait de parler aussi des appareils actuellement refusés de publication. Ses critiques plus réalistes et complètes dans les doléances et regrets rendraient encore plus efficace ses signalements de vraies performances et signalements d'appareils réellement intéressants sur tel ou tel critère de restitution ou d'utilisation.

Je comprends pourquoi il n'agit pas de cette manière actuellement, dans son désir généreux de soutenir les fabricants pas toujours en grande aisance, dans un marché très fragile; mais il me semble que cette manière d'agir pour protéger et soutenir, produit finalement une défiance générale, voire un rejet des bancs d'essais de ce type (toujours vertueux, optimistes, émerveillés), et qu'au final, sa revue, les bancs d'essai, les intérêts du lecteur ont à pâtir de cet angélisme.
Cette ligne éditoriale est aussi (et à tort) prise pour de la connivence, du marketing, du service des intérêts mercantiles de la revue et des annonceurs/fabricants. Au final, l'effet est à l'opposé de ce qui était généreusement souhaité et programmé.
Et en plus, je suppose que le rédacteur lui même perd du plaisir à transmettre de manière très limitée et univoque son expertise des appareils.
Son expertise approfondie, tant sur l'aspect technique que sur celui de la qualité de restitution musicale, ne bénéficie actuellement qu'au fabricant ou au distributeur; le lecteur est malheureusement mis à l'écart de ces compétences, savoir-faires, grandes expériences, dont non seulement l'intelligence et la justesse seraient plaisantes et intéressantes à lire, mais en plus permettraient au lecteur comme au fabricant de se faire une idée bien plus juste, utile et performante des qualités et capacités réelles des appareils.

Pour résumer: je constate d'une part le rejet très majoritaire actuel pour les revues Hifi Françaises, au ton résolument optimiste, à l'excès (comme un catalogue de belles voitures à vendre). Je sais que les bancs d'essai de Stéréo Prestige contiennent plus que ça, que les tests menés vont plus loin, mais les vraies spécificités des appareils sont noyées dans une rédaction globalement optimiste et bienveillante.
A l'opposé, je sais que les testeurs de la revue ont opéré une expertise complète et documentée, tant technique que de restitution musicale, et que le lecteur n'en sait en général rien.
C'est pourquoi, sachant ce vrai travail effectivement réalisé mais non exprimé, je ne peux que souhaiter une autre ligne éditoriale, qui serait au final plus profitable:
- au lecteur, qui aurait enfin une vraie expertise complète et sûre (Vercher me parait une des personnes les plus compétentes pour cet exercice), des informations plus pertinentes, complètes et utiles sur les produits,
- au rédacteur qui ne serait plus astreint à "diplomatiser" ses interventions, et pourrait exprimer plus clairement l'intelligence de ses évaluations, et les performances plus réelles et précises des appareils
- au fabricant, qui serait poussé à l'excellence par la pression d'acheteurs potentiels plus poussés vers la qualité, par une meilleure information, et au fabricant de produits de qualité, produits qui seraient plus reconnus et valorisés, pour de justes raisons.

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 19 Août 2013, 16:03

Xavier - E&M a écrit :Bonjour

Tout comme Philippe, je suis circonspect sur la participation d'amateurs pour produire des compte-rendus d'écoutes dans une revue: pas du fait de la qualité d'amateur, qui n'a rien d'incompatible avec l'exercice, mais du fait que ces testeurs soient à la fois inconnus (pas de références sur leurs capacités), et pour le fait que rien ne certifie leurs compétences et savoir-faire.

On pourra me rétorquer que c'est la même chose avec certains journalistes et professionnels testeurs, et on aura raison pour certains.

lesquels ?

Mais je sais que Philippe et moi avons en tête, concernant Stéréo Prestige, des personnes dont les compétences sont littéralement maximales pour ce genre d'exercice, en face desquelles un amateur juste amateur (et dont on ne connait ni ni l'expérience, ni la compétence, ni le savoir-faire) n'offre que peu d'intérêt, et pas mal de risques (passer à coté de défauts, comme de qualités, et faire des erreurs de diagnostiques et de jugements).

Généralement l'amateur ne réunit pas les conditions minimales indispensables : salle d'écoute assez vaste et toujours identique, point de repère sérieux pour les comparaisons , expérience, compétence... sans lesquelles son avis ne vaut strictement rien. Comment peut-il rédiger un compte-rendu exploitable s'il écoute dans des conditions toujours différentes (salons, magasins, chez des amis...) et combien fréquentent les salles de concert classiques, même s'ils ont une préférence pour la musique électronique ? Il faut savoir de quoi on parle quand on parle de timbre.

Par contre, je rejoins les demandes générales, les regrets exprimés à propos des commentaires et remarques assez lissées de la revue, toujours gentilles ou superlatives, sans jamais, ou à mots trop couverts, de reproches ou de signalement de limites des appareils testés. Même si je comprends les raisons de ce filtre, je le regrette, et je trouve au final que cette absence de réserves ou de reproches circonstanciés retire ou minimise à l'excès l'intérêt des vraies qualités relevées, spécifiées et décrites des produits testés.

Je connais Patrick VERCHER et Jean HIRAGA depuis trente ans et ils ont toujours procédé de la même façon. Il m'est arrivé de me voir refuser un test dans le Revue du Son parce que le matériel proposé n'était pas irréprochable: "ni punir, ni mentir". Je suis tout à fait d'accord avec eux car la lecture d'un banc d'essai ne dispense pas d'une écoute en magasin, au contraire, elle doit la susciter. La moindre critique, même légère, condamne définitivement le produit; il suffit de parcourir les forums où l'on constate une véritable paranoïa à propos de tout et de rien. Le rédacteur doit tourner sept fois la plume de son stylo dans l'encrier avant d'écrire quoi que ce soit. Comme il existe davantage de très bons matériels que de pages disponibles pour en parler, le reste est sans intérêt.

Je sais que Patrick Vercher (nommons le puisqu'il s'agit essentiellement de lui, il le mérite) a les compétences décrites ou sous entendues par Philippe, mais je sais aussi qu'il met sous le boisseau bien des précisions et jugements qui seraient très utiles au lecteur, augmenteraient l'intérêt des articles, voire celui porté aux produits. Une grande partie de ses compétences, et de l'expertise fouillée qu'il fait des appareils, sont inexploités, alors qu'ils profiteraient à tous, aux lecteurs, à sa revue, et même aux fabricants qu'ils pousseraient encore plus à l'amélioration de leurs appareils.
Idem s'il acceptait de parler aussi des appareils actuellement refusés de publication. Ses critiques plus réalistes et complètes dans les doléances et regrets rendraient encore plus efficace ses signalements de vraies performances et signalements d'appareils réellement intéressants sur tel ou tel critère de restitution ou d'utilisation.

Patrick VERCHER fait part de ses remarques aux constructeurs ou à leurs représentants qui savent ce qui leur reste à faire pour être publiés. S'il ne s'agit que d'améliorations légères, il leur dit également mais estime que l'appareil vaut la peine qu'on se déplace pour être écouté. S'agissant de mes disques, je peux vous dire qu'il ne me ménage pas, même s'il m'encourage.

Je comprends pourquoi il n'agit pas de cette manière actuellement, dans son désir généreux de soutenir les fabricants pas toujours en grande aisance, dans un marché très fragile; mais il me semble que cette manière d'agir pour protéger et soutenir, produit finalement une défiance générale, voire un rejet des bancs d'essais de ce type (toujours vertueux, optimistes, émerveillés), et qu'au final, sa revue, les bancs d'essai, les intérêts du lecteur ont à pâtir de cet angélisme.
Cette ligne éditoriale est aussi (et à tort) prise pour de la connivence, du marketing, du service des intérêts mercantiles de la revue et des annonceurs/fabricants. Au final, l'effet est à l'opposé de ce qui était généreusement souhaité et programmé.

PV ne soutient pas plus les constructeurs aujourd'hui qu'avant, il fait du service public pas du journalisme d'opinion. Tous les points de vue méritent d'être écoutés à défaut d'être partagés. L'exercice est compliqué car il s'agit de rester neutre dans un monde qui ne l'est pas toujours (les damnés du pavillon, les accrocs du panneau, les ravis du 38... ont tous des avis divergents). Si chaque audiophile ou revendeur est persuadé que ses choix sont les bons, le journaliste ne doit pas s'impliquer, à moins de créer un journal d'opinion.

Et en plus, je suppose que le rédacteur lui même perd du plaisir à transmettre de manière très limitée et univoque son expertise des appareils.
Son expertise approfondie, tant sur l'aspect technique que sur celui de la qualité de restitution musicale, ne bénéficie actuellement qu'au fabricant ou au distributeur; le lecteur est malheureusement mis à l'écart de ces compétences, savoir-faire, grandes expériences, dont non seulement l'intelligence et la justesse seraient plaisantes et intéressantes à lire, mais en plus permettraient au lecteur comme au fabricant de se faire une idée bien plus juste, utile et performante des qualités et capacités réelles des appareils.

un B-E exhaustif, technique et contradictoire, prendrait une dizaine de pages et trop peu d'appareils auraient la chance ou la malchance d'être traités. S'il s'agit de décrire un élément et de faire part des impressions générales d'écoute, ce qui existe suffit amplement. Pour le reste, levez le popotin et rendez-vous dans le magasin où on vous dira tout, tout, tout et on vous fera même écouter.

Pour résumer: je constate d'une part le rejet très majoritaire actuel pour les revues Hifi Françaises, au ton résolument optimiste, à l'excès (comme un catalogue de belles voitures à vendre). Je sais que les bancs d'essai de Stéréo Prestige contiennent plus que ça, que les tests menés vont plus loin, mais les vraies spécificités des appareils sont noyées dans une rédaction globalement optimiste et bienveillante.

Vraies spécificités, Diable !!! vous y allez fort !comment les exprimer ?
Le rejet n'est pas si majoritaire chez les mélomanes mais concerne les habituels audiophiles forumeurs. De son côté, la baisse des ventes concerne toute la presse papier mais Prestige garde une influence qui vous surprendrait, j'en sais quelque chose. La fréquentation des forums est également en baisse très visible (pas compliqué à voir), parallèlement à la qualité de ce qui s'y traite. Où sont passés les interlocuteurs d'antan ?


A l'opposé, je sais que les testeurs de la revue ont opéré une expertise complète et documentée, tant technique que de restitution musicale, et que le lecteur n'en sait en général rien.

Les références des disques sont publiées et commentées, on peut dire plus mais un compte-rendu écrit ne vaudra jamais une expérience personnelle d'écoute, ce n'est qu'un résumé qui explique pourquoi PV vous recommande d'aller écouter.

C'est pourquoi, sachant ce vrai travail effectivement réalisé mais non exprimé, je ne peux que souhaiter une autre ligne éditoriale, qui serait au final plus profitable:
- au lecteur, qui aurait enfin une vraie expertise complète et sûre (Vercher me parait une des personnes les plus compétentes pour cet exercice), des informations plus pertinentes, complètes et utiles sur les produits,
- au rédacteur qui ne serait plus astreint à "diplomatiser" ses interventions, et pourrait exprimer plus clairement l'intelligence de ses évaluations, et les performances plus réelles et précises des appareils
- au fabricant, qui serait poussé à l'excellence par la pression d'acheteurs potentiels plus poussés vers la qualité, par une meilleure information, et au fabricant de produits de qualité, produits qui seraient plus reconnus et valorisés, pour de justes raisons.

Si quelqu'un pense qu'il y a mieux à faire, il faudrait qu'il se lance dans l'aventure.

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5056
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Thierry.G » 19 Août 2013, 16:50

Philippe MULLER a écrit :Il faut être gentil avec tout le monde et surtout avec les lecteurs car ce sont les lecteurs qui attirent les annonceurs.


Ne changeons donc rien dan ce cas, puisque tout le monde est satisfait. :ugeek:

Philippe MULLER a écrit :Tous les annonceurs ont-ils un Diapason d'Or et tous les Diapason d'Or sont-ils assortis d'une page de pub ?


Oui ... :mrgreen:
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 19 Août 2013, 17:53

Pour la pub, cela démontrerait que tout le monde n'est pas logé à la même enseigne, le budget étant fort différent d'un annonceur à l'autre. Ce n'est donc pas la taille de l'enveloppe perçue par le service publicitaire qui détermine la valeur de la récompense, les petits étant nettement favorisés. Et puis, savez-vous que certaines marques refusent de confier leurs appareils à certaines revues, sous prétexte qu'elles ne les encensent pas assez !

Je suis d'accord avec vous: ne changeons rien mais, que ceux qui donnent des leçons ne s'interdisent surtout pas de mieux faire et on verra si la communauté saura se montrer reconnaissante. ;)


Revenir vers « Actualités, évènements Enceintes et Musiques... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités