Où va la presse Hifi en France ?

Les news d'Enceintes et Musiques: le site, le forum, les évènements
Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5061
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Thierry.G » 19 Août 2013, 20:27

Sans donner des leçons, je ne m'interdis pas d'espérer mieux,

je paye pour lire des colonnes complètes non pas simplement pour rêver, mais pour ne pas faire un mauvais choix. PV est quelqu'un que j’estime, j'entends aussi votre avis, mais cela ne
m’empêche pas de croire qu'il reste attentif à l'attente de ses lecteurs et des nombreux avis sur la presse Hi-Fi, et,à en lire les vives réactions sur ce sujet, on ne peut rester passif, jouer la politique de l'autruche, et faire comme si tout va au mieux dans le meilleur des mondes.
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 19 Août 2013, 20:49

Ces revues ne s'adressent probablement plus à vous et il est difficile de leur demander de s'adresser à tout le monde tout en restant digestes. Ces périodiques, je le répète, ne sont pas des revues techniques mais des revues de présentation et d'essais destinées au plus grand nombre et c'est comme cela depuis le milieu des années 70. Je comprends qu'il vous faudrait quelque chose de beaucoup plus pointu, moins grand public mais, malheureusement, le lectorat potentiel n'est pas assez important pour en assurer l'avenir.

Cela dit, je n'ai toujours pas trouvé le forum qui compense ce manque. Si un tel forum existait, personne ne reprocherait rien aux revues auxquelles on ficherait une paix royale.

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5061
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Thierry.G » 19 Août 2013, 21:15

Pour les forums c'est un sujet bien complexe, qui dépasse le simple point de vue d'un rédac-chef ou d'un administrateur et d'un troupeau de modérateurs. Pour avoir géré un forum d'une taille certaine pendant près de dix ans, je suis légitime à l'affirmer. Pour un canard, c'est différent, ce n'est pas du libre service. Quelque part si on ne trouve pas la soupe assez chaude, on va voir ailleurs ... alors sur le fond c'est une évidence, sur la forme, je pourrai y déceler une légère forme de dénigrement. Mais je ne suis pas abonné à Vogue, et ma quête n'est pas que technique, elle reste honnête et authentique avec des papiers qui font rêver et d'autre qui mettent en garde ;)
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9114
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 20 Août 2013, 02:18

Philippe MULLER a écrit :
Xavier - E&M a écrit :Bonjour

Tout comme Philippe, je suis circonspect sur la participation d'amateurs pour produire des compte-rendus d'écoutes dans une revue: pas du fait de la qualité d'amateur, qui n'a rien d'incompatible avec l'exercice, mais du fait que ces testeurs soient à la fois inconnus (pas de références sur leurs capacités), et pour le fait que rien ne certifie leurs compétences et savoir-faire.

On pourra me rétorquer que c'est la même chose avec certains journalistes et professionnels testeurs, et on aura raison pour certains.

lesquels ?
Certains journalistes testeurs commettent régulièrement des erreurs de débutants (comme par exemple imputer à un appareil un défaut ou une limite dont l'origine est plus dans les autres maillons associés, faute régulièrement constatée dans certaine revue), ou ont des visions assez partisanes, ou non neutres, ou des écoutes spécifiques de la retranscription musicale par les matériels HiFi. Je ne donnerai bien sur pas de noms sur un forum public, utilisant en cela la même méthode que Patrick, pour ne pas froisser inutilement, ou mettre au ban des personnes qui ne le méritent pas forcément, ou sur lesquels d'autres lecteurs peuvent avoir d'autres avis que les miens. Et aussi bien sûr pour ne pas me "cramer" auprès d'eux.

Mais je sais que Philippe et moi avons en tête, concernant Stéréo Prestige, des personnes dont les compétences sont littéralement maximales pour ce genre d'exercice, en face desquelles un amateur juste amateur (et dont on ne connait ni ni l'expérience, ni la compétence, ni le savoir-faire) n'offre que peu d'intérêt, et pas mal de risques (passer à coté de défauts, comme de qualités, et faire des erreurs de diagnostiques et de jugements).

Généralement l'amateur ne réunit pas les conditions minimales indispensables : salle d'écoute assez vaste et toujours identique, point de repère sérieux pour les comparaisons , expérience, compétence... sans lesquelles son avis ne vaut strictement rien. Comment peut-il rédiger un compte-rendu exploitable s'il écoute dans des conditions toujours différentes (salons, magasins, chez des amis...) et combien fréquentent les salles de concert classiques, même s'ils ont une préférence pour la musique électronique ? Il faut savoir de quoi on parle quand on parle de timbre.
Plus que les conditions d'écoute pour moi, c'est la connaissance des vrais sons acoustiques, et l'expérience et l'expertise technique de mesure et d'écoute qui manquent, tant à l'amateur qu'à de nombreux rédacteurs, bien éloignés des capacités de Patrick Vercher et feu Jacques Vallienne.

Par contre, je rejoins les demandes générales, les regrets exprimés à propos des commentaires et remarques assez lissées de la revue, toujours gentilles ou superlatives, sans jamais, ou à mots trop couverts, de reproches ou de signalement de limites des appareils testés. Même si je comprends les raisons de ce filtre, je le regrette, et je trouve au final que cette absence de réserves ou de reproches circonstanciés retire ou minimise à l'excès l'intérêt des vraies qualités relevées, spécifiées et décrites des produits testés.

Je connais Patrick VERCHER et Jean HIRAGA depuis trente ans et ils ont toujours procédé de la même façon. Il m'est arrivé de me voir refuser un test dans le Revue du Son parce que le matériel proposé n'était pas irréprochable: "ni punir, ni mentir". Je suis tout à fait d'accord avec eux car la lecture d'un banc d'essai ne dispense pas d'une écoute en magasin, au contraire, elle doit la susciter. La moindre critique, même légère, condamne définitivement le produit; il suffit de parcourir les forums où l'on constate une véritable paranoïa à propos de tout et de rien. Le rédacteur doit tourner sept fois la plume de son stylo dans l'encrier avant d'écrire quoi que ce soit. Comme il existe davantage de très bons matériels que de pages disponibles pour en parler, le reste est sans intérêt.
Pour le passage en gras: c'est effectivement leur argument, qui est légitime. Mais son application stricte prive les lecteurs intéressés par tous les aspects d'un matériel d'une partie importante des informations, notamment ce qui concerne les limites (qualitatives ou techniques) des appareils. Et c'est là que se situent les reproches faits à la revue, reproches à mon sens légitimes, même si j'en connais et comprends les raisons. Encore une fois, voulant éviter un problème, je pense qu'il en est créé un autre pas moins grave: faire perdre une bonne partie de la pertinence et de la perception des évaluations, en n'en présentant que les aspects positifs. Tout ça pour éviter à quelques abrutis de faire de la très mauvaise pub sur ces appareils, parce qu'ils font de la moindre réserve un défaut notoire et rédhibitoire. Parce que quelques personnes abusent sur les sens des propos, les propos des rédacteurs sont déformés, filtrés sur le mode "gentil" pour palier à ces abus.
Le résultat est que ces propos déformés par édulcoration n'intéressent plus grand monde, ou de moins en moins, et qu'il y a même rejet puissant, bien au delà des dires de certains forums que nous connaissons bien. J'échange régulièrement avec pas mal de personnes, les forums sur ce point traduisent bien un rejet de ces bancs d'essai, par manque d'expression des limites des appareils, et les qualités réelles décrites et circonstanciées des appareils décrits perdent toute valeur, à cause de l'absence de critique ou de réserve sur tel ou tel point.
Toute personne qui connait bien un appareil et ses limites et lisant les bancs d'essais "optimistes" rejettera le principe de ces bancs d'essai ne parlant que des cotés euphorisants, qui à force et par univocité, perdent tout relief, toute pertinence.


Je sais que Patrick Vercher (nommons le puisqu'il s'agit essentiellement de lui, il le mérite) a les compétences décrites ou sous entendues par Philippe, mais je sais aussi qu'il met sous le boisseau bien des précisions et jugements qui seraient très utiles au lecteur, augmenteraient l'intérêt des articles, voire celui porté aux produits. Une grande partie de ses compétences, et de l'expertise fouillée qu'il fait des appareils, sont inexploités, alors qu'ils profiteraient à tous, aux lecteurs, à sa revue, et même aux fabricants qu'ils pousseraient encore plus à l'amélioration de leurs appareils.
Idem s'il acceptait de parler aussi des appareils actuellement refusés de publication. Ses critiques plus réalistes et complètes dans les doléances et regrets rendraient encore plus efficace ses signalements de vraies performances et signalements d'appareils réellement intéressants sur tel ou tel critère de restitution ou d'utilisation.

Patrick VERCHER fait part de ses remarques aux constructeurs ou à leurs représentants qui savent ce qui leur reste à faire pour être publiés. S'il ne s'agit que d'améliorations légères, il leur dit également mais estime que l'appareil vaut la peine qu'on se déplace pour être écouté. S'agissant de mes disques, je peux vous dire qu'il ne me ménage pas, même s'il m'encourage.
Je sais comme vous la franchise de Patrick envers les constructeurs. Les lecteurs n'en savent rien, et aimeraient aussi participer à ces jugements, par forcément aussi sévères qu'adressés parfois aux constructeurs, mais au moins sur les limites d'utilisations ou d'associations de certains appareils, ce qui intéresse au premier chef le lecteur. Car sinon, sur le nombre d'articles où tant de bons points sont distribués, la revue ne permet pas d'effectuer un pré tri des appareils possibles, alors que leur connaissance approfondie (que possède Patrick), les choix peuvent débuter sur le papier selon les appareils, les usages et les associations. A tout positiver, à glorifier sans réserves claires chaque appareil, la revue n'est qu'une présentation catalogue de beaux appareils, n'apportant guère d'informations pertinentes, sauf à décoder les articles, lire les réserves par omissions par contre-formes. Pas simple, pas pratique, pas sûr, les lecteurs ne suivent pas.

Je comprends pourquoi il n'agit pas de cette manière actuellement, dans son désir généreux de soutenir les fabricants pas toujours en grande aisance, dans un marché très fragile; mais il me semble que cette manière d'agir pour protéger et soutenir, produit finalement une défiance générale, voire un rejet des bancs d'essais de ce type (toujours vertueux, optimistes, émerveillés), et qu'au final, sa revue, les bancs d'essai, les intérêts du lecteur ont à pâtir de cet angélisme.
Cette ligne éditoriale est aussi (et à tort) prise pour de la connivence, du marketing, du service des intérêts mercantiles de la revue et des annonceurs/fabricants. Au final, l'effet est à l'opposé de ce qui était généreusement souhaité et programmé.

PV ne soutient pas plus les constructeurs aujourd'hui qu'avant, il fait du service public pas du journalisme d'opinion. Tous les points de vue méritent d'être écoutés à défaut d'être partagés. L'exercice est compliqué car il s'agit de rester neutre dans un monde qui ne l'est pas toujours (les damnés du pavillon, les accrocs du panneau, les ravis du 38... ont tous des avis divergents). Si chaque audiophile ou revendeur est persuadé que ses choix sont les bons, le journaliste ne doit pas s'impliquer, à moins de créer un journal d'opinion.
Patrick Vercher est un des rares à pouvoir décrire le comportement et la typologie intrinsèque d'un appareil, en dehors de toute association. Dans son cas particulier, la description de ses matériels d'écoute et d'évaluation n'est pas une information pertinente au lecteur (enceintes atypiques notamment, mais terriblement efficaces pour ce type d'expertise très renseigné). On peut, à partir des données intrinsèques qu'il évalue et détermine, prévoir le comportement des associations, ou certaines d'entre elles, sans devoir de sa part expérimenter ces différentes associations. Mais son choix éditorial ne lui permet pas d'exprimer et de communiquer ces données. C'est regrettable.

Et en plus, je suppose que le rédacteur lui même perd du plaisir à transmettre de manière très limitée et univoque son expertise des appareils.
Son expertise approfondie, tant sur l'aspect technique que sur celui de la qualité de restitution musicale, ne bénéficie actuellement qu'au fabricant ou au distributeur; le lecteur est malheureusement mis à l'écart de ces compétences, savoir-faire, grandes expériences, dont non seulement l'intelligence et la justesse seraient plaisantes et intéressantes à lire, mais en plus permettraient au lecteur comme au fabricant de se faire une idée bien plus juste, utile et performante des qualités et capacités réelles des appareils.

un B-E exhaustif, technique et contradictoire, prendrait une dizaine de pages et trop peu d'appareils auraient la chance ou la malchance d'être traités. S'il s'agit de décrire un élément et de faire part des impressions générales d'écoute, ce qui existe suffit amplement. Pour le reste, levez le popotin et rendez-vous dans le magasin où on vous dira tout, tout, tout et on vous fera même écouter.

Pour résumer: je constate d'une part le rejet très majoritaire actuel pour les revues Hifi Françaises, au ton résolument optimiste, à l'excès (comme un catalogue de belles voitures à vendre). Je sais que les bancs d'essai de Stéréo Prestige contiennent plus que ça, que les tests menés vont plus loin, mais les vraies spécificités des appareils sont noyées dans une rédaction globalement optimiste et bienveillante.

Vraies spécificités, Diable !!! vous y allez fort !comment les exprimer ?
Le rejet n'est pas si majoritaire chez les mélomanes mais concerne les habituels audiophiles forumeurs. De son côté, la baisse des ventes concerne toute la presse papier mais Prestige garde une influence qui vous surprendrait, j'en sais quelque chose. La fréquentation des forums est également en baisse très visible (pas compliqué à voir), parallèlement à la qualité de ce qui s'y traite. Où sont passés les interlocuteurs d'antan ?

Je ne partage pas votre analyse sur ce point. Pour en discuter régulièrement, le rejet est bien plus large que les quelques forums que nous avons en tête.
Et pour les vraies spécificités des appareils, elles transparaissent un peu dans les compte-rendus, mais sont noyées dans le reste des infos. Je n'ai jamais vu Patrick passer à coté des vraies qualités, comme des vraies limites des appareils. Le souci est qu'il étouffe l'expression de ces dernières, pour les raison que l'on sait (protéger les constructeurs, ne pas les plomber par la désignation de réserves qui deviennent abusivement, sur certains forums, des défauts majeurs).


A l'opposé, je sais que les testeurs de la revue ont opéré une expertise complète et documentée, tant technique que de restitution musicale, et que le lecteur n'en sait en général rien.

Les références des disques sont publiées et commentées, on peut dire plus mais un compte-rendu écrit ne vaudra jamais une expérience personnelle d'écoute, ce n'est qu'un résumé qui explique pourquoi PV vous recommande d'aller écouter.

C'est pourquoi, sachant ce vrai travail effectivement réalisé mais non exprimé, je ne peux que souhaiter une autre ligne éditoriale, qui serait au final plus profitable:
- au lecteur, qui aurait enfin une vraie expertise complète et sûre (Vercher me parait une des personnes les plus compétentes pour cet exercice), des informations plus pertinentes, complètes et utiles sur les produits,
- au rédacteur qui ne serait plus astreint à "diplomatiser" ses interventions, et pourrait exprimer plus clairement l'intelligence de ses évaluations, et les performances plus réelles et précises des appareils
- au fabricant, qui serait poussé à l'excellence par la pression d'acheteurs potentiels plus poussés vers la qualité, par une meilleure information, et au fabricant de produits de qualité, produits qui seraient plus reconnus et valorisés, pour de justes raisons.

Si quelqu'un pense qu'il y a mieux à faire, il faudrait qu'il se lance dans l'aventure.
Je pense que même Patrick aurait plaisir à pouvoir exprimer les limites et réserves partielles sur les appareils, s'il ne craignait pas de desservir grandement les fabricants, voire leur nuire indirectement par l'utilisation anormale faite de la reprise de ses propos
Le souci est que c'est justement de l'analyse de Patrick dont le lecteur aurait besoin. Une information juste, pertinente, documentée, experte, et neutre, qui donne la vraie nature des appareils. Patrick a ces infos. Mais le mode d'expression de la revue en lisse la communication, au point qu'une bonne partie des expertises disparait, ou est diluée, avec une lecture générale de la revue perdant relief et dynamique, tout appareil étant globalement plus que satisfaisant, pour les meilleurs notifiés comme étant en dessous des prix des appareils concurrents. Qu'on nous dise que telle enceinte n'exprime pas le bas du spectre avec conviction, mais que son registre médium est à tomber par terre, que celle là a besoin de jus et chantera divinement, sinon elle sera quasi aphone et chiante au possible, que tel ampli peut vriller les tympans en cas de mauvaise association, mais que correctement marié, il y a une transparence et des détails très justes et équilibrés, ... Les mesures et graphes de Waterfall des enceintes disent énormément de choses qui ne sont pas décrites sans les textes. Certaines enceintes font pourtant clairement apparaitre des toniques et colorations, des temps d'affaiblissement bien trop longs sur certaines parties de spectre, qui pénaliseront certains aspects de restitution. C'est rarement exprimé en clair. Ces enceintes ne devraient normalement pas intéresser certaines personnes ou pour certains usages, le pré-choix devrait pouvoir commencer à la lecture de la revue.


Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 20 Août 2013, 10:46

Patrick VERCHER est un homme de métier qui travaille dans ce secteur depuis longtemps, longtemps, longtemps, déjà au temps de l'ancienne Revue du Son où il débuta comme coursier. Vous étiez tous très jeunes, peut-être pas encore nés. Mon ami Bernard Neveu, qui a plus de 80 ans, se souvient du petit Patrick en culottes courtes, accompagnant son papa dans les allées du palais d'Orsay à l'époque des premiers salons du son (années 60). Ce métier, il le connait comme personne et n'a pas besoin de conseils. Si Haute-Fidélité n'avait pas été renfloué au tout dernier moment, Prestige et Hifi Stéréo seraient les deux dernières revues totalement françaises. Toutes les autres ont disparu et, comme par hasard, c'est encore le duo Vercher - Hiraga qui reste à la barre, revenus après avoir pris leur retraite une première fois. Prestige a été revendu puis racheté par son créateur; la Revue du Son n'a même pas pu être revendue et a été sabordée peu de temps après le départ de Jean. Son Magazine qui fut dans le giron de Patrick et Jean puis revendu a disparu aussi et d'autres n'ont pas duré aussi longtemps. Personnellement, c'est à Patrick et Jean que j'irais demander des conseil et je me garderais bien de leur en donner car ils sont toujours là et je souhaite une vie aussi longue à nos entreprises. Avec eux, je me sens comme Gershwin face à Ravel, le second estimant que c'était plutôt à lui de prendre des leçons du premier.

Où sont les jeunes et leurs idées géniales ? C'est à eux de démontrer qu'ils sont les plus malins, de prouver qu'ils ont raison mais PV risque de devoir attendre longtemps car, pour le moment, on lit beaucoup de conseils mais on voit peu d'actes, la place est libre, justement, foncez !

Si les candidats éventuels manquent de moyens (une revue c'est très très cher), qu'ils créent des sites Internet de tests, c'est facile, pas cher et n'engage personne (pas de revue à imprimer, de distribution à trouver, de salaires à payer, ce n'est que du bénef.). Je sais, ça existe déjà mais je n'entends jamais parler d'eux et, combien permettent réellement à leurs auteurs de vivre de façon tout juste acceptable ?

Je serais très prudent s'agissant des causes probables de dysfonctionnement des appareils. C'est beaucoup plus compliqué que vous le croyez et je change encore régulièrement d'avis malgré mes plus de 39 années de métier (la chanson de Gabin garde tout son sens, encore aujourd'hui.). En reconnaissant qu'un journaliste puisse se tromper, vous cautionnez mon propos; je vous cite: Certains journalistes testeurs commettent régulièrement des erreurs de débutants (comme par exemple imputer à un appareil un défaut ou une limite dont l'origine est plus dans les autres maillons associés, faute régulièrement constatée dans certaine revue). Mal utilisées, ces erreurs deviennent des bombes impossibles à désamorcer après coup. Mieux vaut prévenir que guérir et éviter un drame auquel un petit constructeur ne survivrait pas. La responsabilité des journalistes est parfois énorme et reconnaître son erreur en accordant un droit de réponse est absolument inutile car le mal est fait et la rumeur est en marche.
Que dire de plus ! On ne va tout de même pas nationaliser la presse.

Sinon, un conseil si je puis me le permettre: plutôt que de dire n'importe quoi sur les forums, le mieux serait que les forumeurs appellent la revue quand ils ont quelque chose à dire ou à demander ou qu'ils aillent à la rencontre de Patrick quand il expose dans un salon et ce sera bientôt le cas (en évitant d'y aller en groupe, ce n'est pas la meilleure façon d'instaurer un dialogue). Il faut agir seul et à visage découvert quand on attaque nommément quelqu'un.

Je persiste à croire que les petites mises en garde sont inutiles si elles sont secondaires (sinon B-E pas possible), à moins de publier des B-E archi exhaustifs de plus de 10 pages où on trouvera toujours qu'il manque quelque chose. C'est au revendeur de faire son boulot. Ne favorisez-pas les pousse-cartons ni vos concurrents qui trouveraient dans l'article tous les arguments utiles pour descendre vos produits en grossissant volontairement le trait (mettez une pincée de doute dans l'esprit du client et vous verrez l'effet produit). De cette façon, vous allez produire l'effet inverse et aider les marques qui auront compris le bénéfice à tirer en se gardant de confier leur matériel aux revues et qui feront la joie de revendeurs moins scrupuleux que vous. PV le sait très bien et connait trop bien l'environnement de la hifi. Lisez les forums les plus connus et voyez comme chaque petit argument devient un SCUD entre les mains de gens mal intentionnés ou ignorants. Faites déguster la musique, c'est l'essentiel. Le mélomane a des oreilles et si quelque chose cloche, il saura vous en faire part.

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9114
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Xavier - E&M » 20 Août 2013, 14:25

Loin de moi l'idée de vouloir donner des leçons à Patrick, concernant ce qu'il sait faire mieux que nombre de ses confrères en publication de magazine spécialisé, comme en évaluations d'appareils. Soyons clairs: Patrick est pour moi l'une des personnes, voire LA personne la plus efficace et compétente pour ce genre d'exercice en France.
Je le considère comme un maître, avec toute l'humilité que ça implique à considérer sa manière de travailler.
Il a aussi comme vous le signalez largement prouvé son savoir-faire, en réussissant là où tant d'autres ont échoué notamment sur la gestion de magazines.

Il s'agit juste de porter les regrets que ses évaluations précises, justes, expertes, ne soient que partiellement transmises dans ses articles, ce qui frustre autant le lecteur, que, j'imagine le rédacteur lui même. En ce sens, il "désespère" nombre des personnes qui apprécient son travail, et d'une certaine manière va à l'encontre des souhaits et attentes de ses lecteurs (c'est en tout cas exprimé comme tel).
Encore une fois, j'en comprends les raisons, liées aux risques avérés de survalorisations de limites ou de réserves sur les appareils, que font certaines personnes peu expertes et peu averties sur les forums notamment, causant des dégâts important, et injustes sur les appareils et les fabricants.
Mais il est regrettable que ces personnes nuisibles privent du coup les personnes normales des vraies infos d'une part, et d'autre part fasse perdre les vrais éléments de différenciations qui ont été évalués, mais qui ne sont pas transmis, ou à demi mot.
Connaissant les appareils testés dans la revue, nous (vous et moi, et toutes personnes au fait des appareils testés) en mesurons la justesse de vue, et cernons les réserves parfois exprimées à demi mot sur certains produits.
Mais reconnaissez que pour l'amateur en quête d'infos pour équipement, et ne disposant pas déjà d'une belle expérience, ces articles "lissés" ne sont du coup plus d'une grande utilité, ou perdent celle qu'ils pourraient avoir avec l'expression plus libérée que se permettent d'autres rédacteurs, que ce soit dans d'autres revues Hifi (mais avec moins de justesse que Patrick bien souvent), ou dans d'autres domaines où là, les informations non édulcorées passent bien (voir notamment les revues sur le matériel photo, l'informatique, ...). Ce qui nous (moi et quelques autres) laisse penser que la chose serait possible aussi dans le domaine de la Hifi.
Pour ce qui est d'en discuter avec lui, de ça et d'autres choses, c'est prévu.
Evidemment pas pour lui dicter une ligne de conduite, mais pour comprendre et voir si une telle ouverture ne pourrait pas être envisagée, sans pénaliser les choses qui lui tiennent à coeur (le soutien et la défense généreuse des acteurs du secteur).

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 20 Août 2013, 16:57

Patrick Vercher n'est pas victime du système puisque c'est lui qui l'a défini ainsi, il l'assume et le revendique comme un choix et non une conséquence. Ne le victimisez pas, il ne subit rien ni ne protège personne sauf ceux qui travaillent pour lui. Il a adopté une position que je trouve tout à fait intelligente et personnelle: il informe mais ne critique pas et vous en dit assez pour vous donner envie d'aller écouter un bon appareil car c'est en live qu'il s'apprécie et s'évalue. En fait, il se porte caution et, quand on le connait, cette caution vaut des points.

Le guide des plus beaux villages de France ne décrit pas les plus moches villages de France.

Puisque vous évoquez la con.erie humaine, je suis d'accord, celle-ci est insondable et néfaste aux braves gens.

Ne confondez pas l'informatique et la haute-fidélité, cela n'a rien à voir. D'un côté, les appareils et logiciels ont des fonctions précises qui répondent plus ou moins bien à une attente. C'est utile ou pas, performant ou pas mais ça s'évalue de façon précise, ce qui n'est pas le cas de l'audio pour lequel les mesures sont souvent hors contexte et peu utilisables. Une courbe de réponse ne dit RIEN d'une enceinte si elle n'est pas replacée dans son contexte. Deux enceintes présentant des courbes très différentes peuvent sonner de façon tout à fait comparables tandis que deux autres, présentant des courbes semblables peuvent sonner de façon très différentes. Pour illustrer ce propos, je me souviens d'une comparaisons à Radio-France entre des Cabasse Mistral (modèle spécial pour eux) et des B&W 801D qui étaient très voisines à l'écoute malgré une courbe très différente dans le médium. Une tentative d'égalisation de la B&W pour l'aligner sur la Cabasse fut désastreuse. Je n'évoque même pas les mesures concernant les électroniques qui, à quelques exceptions près, sont toutes très bonnes.

Un journaliste spécialisé doit expliquer ce qu'il perçoit en trouvant un langage juste et compréhensible de tous; le but est d'inviter le lecteur à aller chez vous ou un autre pour compléter la lecture de l'article (je me répète), pas à lui laisser croire qu'il aurait tout compris et assimilé par écrit.

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5061
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Thierry.G » 21 Août 2013, 08:42

Que de grandes tirades pour dire que l'on ne souhaite pas lire qu'un produit n'est pas bon quand il ne l'est pas sous pretexte de l'on ne sait quels arguments dérobés ! Finalement, c'est peut être bien internet qui le dira.
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2123
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar MICHEL » 21 Août 2013, 10:11

Revenons, si vous le voulez bien, sur l'art de l'écriture, s'agissant de reportages spécialisés. Il s'agit bien de décrire un certain nombre de critères parfaitement subjectifs, qui assemblés, tendent à décrire dans la conclusion, de façon succincte, ce qu'apporte tel ou tel appareil.
Loin de moi de critiquer la personne, mais simplement la conséquence de sa prose. Si les adjectifs maximalistes ponctuent considérablement la lecture; cela devient franchement acrobatique de trier le grain de l'ivraie, voire de l'ivresse, car, à se déplacer chez les vendeurs, jamais nous aurons ensemble la somme de ce que nous aurions pré sélectionné.
De plus, comme signalé, la mise en œuvre d'un système n'est pas si aisé que cela; il y a peu, j'ai pu écouter entre autre l'Esoteric 03 qui a été une catastrophe versus d'autres lecteurs de nettement moins bonne facture. Il a fallu que j'amène mon lecteur pour comprendre ce qui n'allait pas.
Je doute que globalement, les lecteurs de Prestige AV puissent faire de même; alors le bilan de ces lectures me laisse franchement dubitatif.
Présentement, si je continue à lire ces revues, c'est seulement pour être un peu au courant des sorties d'appareils, pour être un peu moins sot, mais aussi pour guetter celui qui me fera sortir de mon trou, par exemple, la sortie de l'Atoll ST200. Manque de bol, je l'ai découvert ailleurs que dans une revue, mais bon: mauvais exemple ! :-)
Dernière édition par MICHEL le 21 Août 2013, 10:48, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 21 Août 2013, 10:46

Vous confondez les choses: Prestige n'est pas une revue critique. Cette revue est un acteur économique qui rend compte mais n'est pas là pour satisfaire la soif de sang de certains. Les forums sont justement là pour ça.

Personnellement, à part quelques produits à tubes dont l'existence est une injure au bon sens, je ne connais pas beaucoup d'appareils qui ne répondent pas au minimum syndical et qui ne fonctionnent pas dès qu'ils sont entre les mains de gens compétents. Le reste est subjectif (ne fait pas l'unanimité), cette subjectivité étant variable d'un individu à l'autre est donc impossible à quantifier. Un journaliste ne peut parler qu'en son nom et, en aucun cas, il ne peut revendiquer une opinion universelle, ce qui ne manquerait pas de déchaîner les abrutis de tout poil qui rédigent n'importe quoi sur le Net.

En général, les problèmes soulevés par les audiophiles ne se présentent pas ou très peu souvent dans les rédactions, simplement parce que les testeurs savent faire fonctionner un appareil (eux), la plupart des problèmes signalés çà ou là ne se manifestent pas chez eux sinon quand l'appareil est en panne.

A ce titre: mon expérience personnelle de débutant me permet d'affirmer que les associations d'appareils sont plus problématiques par la faute des audiophiles eux-même que celle des appareils. Certaines associations qui ne marchaient pas un jour marchent parfaitement un autre jour, il suffit d'aller là où il le faut. Ce n'est pas la revue qui pourra vous sortir d'une mauvaise mise en oeuvre car, en général ils obtiennent des résultats de bon niveau. Le problème des audiophiles est qu'ils manquent de culture sonore et musicale.

Ce qui manque à l'audiophile, ce ne sont pas des revues qui lui disent ce qu'il ne faut pas acheter mais des tickets pour aller tous les jours au concert, histoire de se rendre compte tout seul que ça va ou ça ne va pas.

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2123
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar MICHEL » 21 Août 2013, 10:59

"Vous confondez les choses: Prestige n'est pas une revue critique. Cette revue est un acteur économique qui rend compte mais n'est pas là pour satisfaire la soif de sang de certains. Les forums sont justement là pour ça."
Je ne comprend pas très bien le sens de vos propos, probablement de par un regard biaisé. Je m'explique. Je me souviens assez bien, mais sous toutes réserves, du premier numéro de PAV. Il était expliqué en préambule que, dans les pages de cette revue, il n'y aurait pas de courbes, de mesures très techniques, ni même de clichés d'appareils éventrés de façon bienveillante, compte tenu du fait qu'au total, cela n'était nullement informatif ni discriminatif: j'en suis parfaitement convaincu et suis solidaire d'une telle décision.
Si je prend pour axiome, que PAV est un acteur économique non critique, alors, je n'ai plus aucun intérêt à lire ses lignes, et solliciterais de cette revue qu'elle pense à modifier sa publication en une liste exhaustive avec clichés à l'appui, des nouveaux appareils sortis depuis la précédente publication.
Ceci dit: "soif de sang" de certains; qu'est ce que cela signifie ? Le besoin impérieux qu'ont certains forumeurs de voire "descendre en flamme" certains appareils ? Si c'est cela que vous signnifiez, alors, en effet, la psychothérapie ne se fait ni dans les publications et encore moins dans les forums, à mon avis.

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 21 Août 2013, 11:20

Ne confondez pas (bis repetita) le Prestige de Patrick Vercher et celui, intermédiaire, de l'éditeur belge qui le racheta puis le revendit. Eric Charlot, le rédacteur en chef du belge avait une autre vision des choses qui le rapprochait plus de la philosophie de Haute-Fidélité mais avec des photos prises dans des lieux prestigieux; il fut vite remplacé, avant que la revue revienne à son fondateur.

Depuis la création de la revue, Patrick Vercher a toujours favorisé les mesures et les descriptions techniques à la portée de tous; c'est pour cela que le poste de rédacteur en chef était confié à Jacques Valienne, ancien technicien du labo Fnac, familier des mesures de tout poil.

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5061
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Thierry.G » 21 Août 2013, 11:26

Je n'ai pas soif de sang, rien n'indique cela dans ce que j'exprime. et l'argument qui veut que de nos jours il n'y a plus véritablement de mauvais produits, je le rejette car chaque produit à un prix. Un prix qui est censé se justifier. Si tous sont bons, tous bien évalués, tous au juste prix, il n'y a plus lieu d'attendre de jugement.

J'ai connu ça à la télé, ça s'appelait l'école des fans : "tout le monde à gagné" ! :mrgreen:
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 21 Août 2013, 11:31

MICHEL a écrit :Si je prend pour axiome, que PAV est un acteur économique non critique, alors, je n'ai plus aucun intérêt à lire ses lignes, et solliciterais de cette revue qu'elle pense à modifier sa publication en une liste exhaustive avec clichés à l'appui, des nouveaux appareils sortis depuis la précédente publication.
Ceci dit: "soif de sang" de certains; qu'est ce que cela signifie ? Le besoin impérieux qu'ont certains forumeurs de voire "descendre en flamme" certains appareils ? Si c'est cela que vous signnifiez, alors, en effet, la psychothérapie ne se fait ni dans les publications et encore moins dans les forums, à mon avis.


Une revue est une entreprise privée et donc un acteur économique qui vit grâce à ses lecteurs et de ses annonceurs. Que Prestige ne vous convienne pas se comprend si vous en attendez autre chose mais vous n'êtes pas le centre du monde non plus.

Une liste ? pourquoi ? cette revue va plus loin et les appareils testés sont décrits, écoutés et commentés. Si on ne trouve pas de défauts rédhibitoires, tout va bien et ils le disent.

Personnellement, je ne supporte ni les compressions ni les panneaux ni les tubes et pourtant, je n'exige pas que la revue tire à boulet rouge sur ces technologies. Certains aiment bien et il faut régler son écoute sur la leur quand on analyse un appareil. Patrick Vercher aime le haut-rendement et Jean Hiraga aussi mais ils ont su décrire les matériels que j'apprécie comme je les ai entendus.

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 21 Août 2013, 11:35

Thierry.G a écrit :Je n'ai pas soif de sang, rien n'indique cela dans ce que j'exprime. et l'argument qui veut que de nos jours il n'y a plus véritablement de mauvais produits, je le rejette car chaque produit à un prix. Un prix qui est censé se justifier. Si tous sont bons, tous bien évalués, tous au juste prix, il n'y a plus lieu d'attendre de jugement.

J'ai connu ça à la télé, ça s'appelait l'école des fans : "tout le monde à gagné" ! :mrgreen:


Vous changiez de chaîne, j'espère. Eh bien, changez de revue si celle-ci ne vous plaît pas. Je vous ai fait remarquer qu'elle n'était pas ou plus faite pour des gens de votre niveau.

Sinon, ne vous sentez pas obligé de vous sentir visé par ce que je dis; d'autres justifient pleinement mon appréciation. Le problème des forums c'est la personnalisation qui découle d'échanges qui sont pourtant des échanges publics.

Si vous pensez que le prix d'un appareil doit se justifier, c'est que vous n'avez rien compris au Prestige.

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2123
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar MICHEL » 21 Août 2013, 11:52

Je suis d'accord avec vous; une revue ne me convient pas, je ne l'achète pas.
Le problème n'est pas simple: comment se tenir au courant de l'évolution des appareils, des technologies, pour trouver pied à sa chaussure... lors que celle ci apparaîtra: aller visiter les auditoriums fréquemment ? trouver le bon ? Echanger via les forums ? Pas de solution universelle ici non plus.
Probablement "se tenir au courant" n'est pas une démarche universelle non plus, la curiosité me parait pourtant vertueuse à certains endroits.

"vous n'êtes pas le centre du monde non plus."
Ah ça, pas si sûr, je suis au moins le centre du mien, entre mes deux oreilles, qui ne peuvent se déplacer partout... Au final, si j'ai bien compris: PAV ne publie que sur les appareils qui n'ont pas de défauts rédhibitoires, les autres , les mauvais en seraient exclus: bien.

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 21 Août 2013, 12:16

MICHEL a écrit :
"vous n'êtes pas le centre du monde non plus."
Ah ça, pas si sûr, je suis au moins le centre du mien, entre mes deux oreilles, qui ne peuvent se déplacer partout...

C'est honnête de le reconnaître et nous sommes tous un peu pareils. Beaucoup prétendent, pourtant, donner leurs conseils pour le bonheur de toute l'humanité.

Au final, si j'ai bien compris: PAV ne publie que sur les appareils qui n'ont pas de défauts rédhibitoires, les autres , les mauvais en seraient exclus: bien.

C'est ce qu'on vous dit depuis le début et que Patrick Vercher revendique haut et fort: "il y a bien assez de bons appareils pour qu'on ne se donne pas la peine de parler des autres."

Ecouter les bons ne laisse pas de temps pour écouter les autres et on peut supposer que votre marchand préféré n'en possède pas en boutique. Les mauvais appareils sont donc introuvables sauf chez les mauvais marchands mais, tout prouve que vous ne fréquentez pas les mauvais marchands puisque vous êtes ici. ;)



MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2123
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar MICHEL » 21 Août 2013, 12:51

"C'est ce qu'on vous dit depuis le début et que Patrick Vercher revendique haut et fort: "il y a bien assez de bons appareils pour qu'on ne se donne pas la peine de parler des autres." "
Bien ! au delà du plaisir de la rhétorique, c'est ce que j'avais compris aussi dès le début dans vos propos. Je que je tentais de pointer très précisément, c'est l'abus bien humain, de l'adjonction quasi systématique du préfixe "ultra" avant chaque qualificatif. C'est fort fréquent et brouille le message, et, de fait, le rendant pour un lecteur attentif, moins discriminant. C'est dommage à mon avis. Il y aurait lieu d'être un peu plus "sensible" dans le choix des préfixes, quitte à "colorer" de son goût le descriptif, comme ne le faisaient pas, si j'ai bien compris, Jean Hiraga, qui, pour un vieux comme moi, à semé avec bonheur, mon parcours d'assoiffé de connaissance.
Voilà, c'est un point de vue somme toute très personnel, car étant moi même assez atypique, et donc, de façon raisonnable: pas d'argument de poids ne ... plus acheter PAV ! CQFD :-)

Avatar de l’utilisateur
Philippe MULLER
Audiophile
Messages : 138
Inscription : 20 Sep 2012, 09:24
Localisation : Passavant

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar Philippe MULLER » 21 Août 2013, 13:20

MICHEL a écrit : Je que je tentais de pointer très précisément, c'est l'abus bien humain, de l'adjonction quasi systématique du préfixe "ultra" avant chaque qualificatif. C'est fort fréquent et brouille le message, et, de fait, le rendant pour un lecteur attentif, moins discriminant. C'est dommage à mon avis. Il y aurait lieu d'être un peu plus "sensible" dans le choix des préfixes, quitte à "colorer" de son goût le descriptif, comme ne le faisaient pas, si j'ai bien compris, Jean Hiraga, qui, pour un vieux comme moi, à semé avec bonheur, mon parcours d'assoiffé de connaissance.
Voilà, c'est un point de vue somme toute très personnel, car étant moi même assez atypique, et donc, de façon raisonnable: pas d'argument de poids ne ... plus acheter PAV ! CQFD :-)


Pour une revue consacrée au matériel de Prestige, "Ultra" est le moins que l'on puisse dire d'un matériel qui a passé les tests de sélection. ;)

La Revue du Son était moins élitiste.

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2123
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Où va la presse Hifi en France ?

Message non lupar MICHEL » 21 Août 2013, 14:42

Bien vu ! :-))
Je vais donc pouvoir écouter bientôt, vu mon matériel, en ultra sons !!!


Revenir vers « Actualités, évènements Enceintes et Musiques... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités