Enceintes JMR Orféo Suprême V2

Colonne, Bibliothèque, Murale ...
Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5054
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Thierry.G » 05 Fév 2014, 00:16

Alors dans ce cas, pourquoi les enceintes avec de grands HP donnent cette notion d'amplitude dans le grave, avec de belles extinctions de notes, plus fluides, qui descendent plus bas ? :idea:
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
emilien
Audiophile
Messages : 317
Inscription : 11 Nov 2013, 01:09

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar emilien » 05 Fév 2014, 01:28

J'aimerais bien qu'on me définisse ce qu'est une extinction de note. C'est quoi? La qualité du silence après la fin d'une phrase musicale? Ou la vibration d'une valeur rythmique longue qui se diffuse?

Merci ;)
JMR Euterpe Suprême - Marantz M-CR 611 - câbles HP JMR

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Xavier - E&M » 05 Fév 2014, 14:06

Une extinction de note, c'est typiquement un ensemble de sons qui font partie d'un domaine plus vaste qu'on appelle les "réponses transitoires".
En gros, les réponses "transitoires" sont tous les sons qui sont autour des notes pures (une fréquence unique, pure et stable), et ça comprend notamment l'établissement, et l'extinction des sons. Les réponses transitoires sont bourrées de notes et de sons liés aux timbres (instruments, voix), en plus de la note pure proprement dite par l'instrument ou la voix.
La musique est réponses transitoires, les timbres des instruments sont réponses transitoires, comme tout ce qu'il y a autour des notes pures et qui met un temps à s'établir puis à décroître jusqu'à l'extinction.

Les extinctions de notes sont donc bien une "forêt" de réponses transitoires, celles qui suivent le corps de la note.
Dans un piano, ce sont toutes les suites de sons, les résonances harmoniques (les cordes autres que celles (les 3) frappées pour la note de la partition), qui vibrent par sympathie, ainsi que la table d'harmonie (favorisant l'expression de ces sons), le corps de l'instrument (l'ébénisterie), et au delà les parcours des sons dans la salle d'enregistrement (affaiblissement acoustique progressif, dépendant de l'acoustique de la salle).

Pour l'écoute des musiques retranscrites, la qualité de transcription des réponses transitoires, et notamment donc des extinctions de notes, participe au réalisme des sons, à l'expression de tout ce qui informe sur l'état et le jeu du musicien, l'atmosphère de la salle, l'implication physique et émotionnelle, les moindres sculptures de sons, les moindres inflexions et nuances inhérentes à l'instrument et/ou à la manière dont il est joué.
Des extinctions trop courtes, par des systèmes d'écoute ou des appareils simplificateurs, et c'est une partie de la vie de la musique qui n'est pas dite. Des extinctions colorées, modifiées (toujours de la même manière) par le système d'écoute, et c'est un effet rajouté ou un filtre qui masque la vraie nature des sons présents dans l'enregistrement.
Pour le critère des extinctions de notes, comme de leur établissement d'ailleurs (l'attaque des sons), les systèmes de retranscription doivent chercher 3 aspects:
-dire le plus possible (tout dans l'idéal) de ce qui est sur l'enregistrement, avec une grande transparence et un grand niveau de détails, et une grande lisibilité,
-dire de manière équilibrée (sans privilégier une partie du spectre) ou un aspect
-dire sans apporter de coloration ou de modification propres aux appareils ou au système d'écoute (neutralité).

Les enceintes JMR, sur ce point, sont particulièrement respectueuses de ces réponses transitoires. C'est depuis le début l'un des chevaux de bataille de Jean Marie Reynaud, qui a toujours cherché à retranscrire ce qui fait un son réellement musical, et particulièrement les timbres, dans toute la richesse de leurs manifestations acoustiques.
C'est aussi pour cette raison qu'il faut chercher des électroniques associées qui ne simplifient pas ces éléments sonores essentiels.
La "lecture", l'évaluation des réponses transitoires, et des extinctions de notes, est un bon moyen d'évaluer un matériel (enceintes, électroniques, cables même). Certains de ces éléments proposés sur le "marché" sont de vrais bouchons, autant s'en tenir à l'écart.

Par exemple, je suis en train de visionner l'émission des Victoires de la Musique classique en replay (c'est ma punition, pour n'avoir pas supporté la vue en direct au delà des premières minutes). J'écoute en Airplay, à partir de l'Ipad. Et bien les sons sont en partie simplifiés, j'ai l'impression d'entendre du MP3 à 64/128 kbps. Manque cruel de détails, déséquilibres de certaines fréquences, et simplification: pas d'extinctions de notes, réponses transitoires très simplifiées: je souffre ! :|
Du coup, je ne profite de la musique que des compositions (dramaturgie, ...), des mélodies, accords et rythmes. Et un peu des interprétations, sans en avoir les nuances ultimes. Mais aucun plaisir lié aux sons en eux mêmes, qu'ils proviennent des voix ou des instruments. Le plaisir en est bien écourté ! C'est bien une punition ! ;)

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5054
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Thierry.G » 05 Fév 2014, 14:39

Je n'aurai pas mieux répondu, mais si la connaissance peut nous en dire d'avantage sur le ressenti exprimé dans l'intervention précédente je n'en saurai que plus sage :idea:
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
emilien
Audiophile
Messages : 317
Inscription : 11 Nov 2013, 01:09

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar emilien » 05 Fév 2014, 15:29

Merci Xavier pour cette réponse fournie et détaillée.
Je comprends entièrement maintenant. J'étais sensible à tout cela, sans toutefois en connaître le vocabulaire précis.
Dieu que c'est bon de pouvoir goûter tout ceci, la musique et son écoute (ainsi que la sensibilité et l'exigence qui l'accompagnent) constituent vraiment une passion que je ne lâcherais pour rien au monde.

Pour l'écoute des câbles de nos chers amis canadiens, n'hésitez pas à me donner vos dispos (à partir de la semaine prochaine). J'essaierais de trouver une bonne bouteille et du grignotage pour allier plaisir des sons et plaisirs du palais. Une petite Musique de Table de Telemann pourrait y seoir à merveille :)
JMR Euterpe Suprême - Marantz M-CR 611 - câbles HP JMR

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Xavier - E&M » 05 Fév 2014, 18:18

Ca sera toujours mieux que ma table de jardin, nettement moins musicale ...

Je ne connais pas ces oeuvres de Telemann, je vais jeter une oreille intéressée.

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Xavier - E&M » 05 Fév 2014, 18:24

Bonne pioche, chez Channel Classics

Image

Avatar de l’utilisateur
emilien
Audiophile
Messages : 317
Inscription : 11 Nov 2013, 01:09

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar emilien » 05 Fév 2014, 19:04

Connais pas cette version.
Moi j'ai celle-là:

Image
JMR Euterpe Suprême - Marantz M-CR 611 - câbles HP JMR

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5054
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Thierry.G » 07 Fév 2014, 01:36

Thierry.G a écrit :Alors dans ce cas, pourquoi les enceintes avec de grands HP donnent cette notion d'amplitude dans le grave, avec de belles extinctions de notes, plus fluides, qui descendent plus bas ? :idea:


UP :idea:

Personne pour répondre à cette question svp ? :cry:
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2122
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar MICHEL » 11 Fév 2014, 09:22

Thierry; je ne comprend pas ce que tu as voulu dire, et si je le dis comme cela, c'est pour relever que ta question n'est pas complète... En effet, il n'est pas évident qu'un HP de plus grand diamétre donne plus de fluidité et de belles extinctions de note... D'autre part, cette notion d'amplitude que tu soulignes pour le grave, est à détailler:
- s'agit-il d'enceintes closes ou bass-reflex ?
- s'agit il de caissons dédiés et amplifiés ?
Je subodore, sans mettre mon nez partout, que, tu pointes le fait que les HP de grand diamétre donne une impression d'ampleur qui bénéficie à l'ensemble de la bande passante, ce qui n'est pas faux, mais qui nécessite justement des précisions, pour avoir en même temps rapidité, légèreté et fluidité, et enfin, extinction de notes respectées, ce qui sous entend encore ici, définition et recul du bruit de fond, tant électronique, que matériel ( résonances de caisses et de pièces )...
Rappelons enfin que, le plaisir subjectif ressenti à l'impact de percussions affriolantes, relèvent plus du haut grave et bas médium que des fréquences très graves...

Avatar de l’utilisateur
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 4744
Inscription : 14 Sep 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Pascal Pebret » 11 Fév 2014, 09:34

Et ben, qu'avez vous donc fait à not'grand Maitre pour qu'il soit devenu d'un coup d'un seul si volubile ???!!!!
Lecteur CD Eera DL2 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + intégré The Gryphon Diablo 300 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Actinote Aria et Spécial HP Stendhal designed and tronched at Loudunum.

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5054
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Thierry.G » 11 Fév 2014, 09:55

MICHEL a écrit :Je subodore, sans mettre mon nez partout, que, tu pointes le fait que les HP de grand diamètre donne une impression d'ampleur qui bénéficie à l'ensemble de la bande passante...


C'est bien cela mon propos, est-ce qu'on est en face d'un compromis concernant les HP de grand diamètre, entre amplitude et rapidité ?

Pascal ce n'est pas grave 8-) ...
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 4744
Inscription : 14 Sep 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Pascal Pebret » 11 Fév 2014, 10:21

Attention, pas touche à mon Maître à panser...
Lecteur CD Eera DL2 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + intégré The Gryphon Diablo 300 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Actinote Aria et Spécial HP Stendhal designed and tronched at Loudunum.

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2122
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar MICHEL » 11 Fév 2014, 11:42

Les HP de grave se caractérisent par des facteurs intrinsèques ( QTS et tout le toutim ) inhérents à leur construction, et des facteurs extrinsèques ( volume et mode de charge ), filtrage et amplification..., et charge extrinsèque ( la pièce ).
Tu ne peux réfléchir qu'en fonction de l'ensemble de ces facteurs, il en est de même pour chaque élément d'un système, y compris câble, car il est simplement stupide de vouloir résumer ses caractéristiques avec une seule écoute, voire plusieurs et ensuite généraliser, même si on peut déterminer des grandes lignes de "constantes"...
Il est un fait incontournable: plus la toile cirée est grande, plus elle est lourde: c'est vrai pour l'ensemble des matériaux, il en est parfois de même à propos de l'humour. Un HP papier sera plus léger qu’un Bextrene.
Un HP de grand diamétre, à matériau de membrane constant, sera plus lourd qu'un plus petit.
Mais bon, limiter le HP a sa membrane est franchement plus que réducteur. Sa capacité à descendre en fréquence est autant due au facteur de rappel mécanique ( suspension et spider ), l’éventuel facteur de rappel électrique ( asservissement de membrane, capacité de l’ampli à tenir le HP, qualité de l’aimant ou de l’électro-aimant ( Fertin, Focal etc…) ) , sans parler des effets latéraux des divers conducteurs et éléments du filtre, qui sont tout à fait minimes, et à ce titre n’interviennent que sur les tout petits signaux… Comprend qui voudra.
La multiplication des HP de petits diamétres réglent les problémes de surface émissive apparente, et de rapidité du HP si ceux-ci sont bien faits, mais ajpoutent la problématique de la multiplicité des surfaces émissives et de leur accord entre eux et avec la pièce…, à conditions que ceux-ci soient strictement appariés, ce qui est loin d’être sûr….

En effet, tout n’est que compromis, et compromission parfois lorsque l’on entend certains HP de grave baver misérablement.
Ensuite, le sentiment d’ampleur dont tu parles, me parait assez en relation avec la présence et la richesse du secteur grave, et donc avec sa rapidité, son absence de trainage, et sa capacité à laisser passer les micros signaux qui font entre autre la richesse en harmoniques et la qualité du détourage des notes, la transparence.
On peut avoir aussi le sentiment d’ampleur de par le côté physique du rendu du bas grave. Ce rendu dépend de la fréquence, du front d’onde ( de son établissement et de son extinction ) et du volume sonore. Certains ne l’apprécient guère, d’autres la recherchent. Perso, je l’apprécie si elle refléte la réalité acoustique en live, et donc, ni systématiquement, ni aux dépends du vécu musical.
Enfin, et là il faut revenir à des considérations physiques de terrain ; autant la puissance irradiée de l’émetteur est importante, comme pour une antenne radio, autant la capacité du récepteur à recevoir est aussi importante. Dans ces fréquences là, à fort vécu physique, ce n’est pas les oreilles qui comptent, mais le volume apparent de la cage thoracique et de la paroi abdominale. Dès lors, on comprend ici, la différence de vécu, et pourquoi ici, dans ce forum, tant d’auditeurs ont préféré sacrifier tout régime alimentaire au profit de l’achat d’un caisson de grave.
Sécu FD.

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Xavier - E&M » 11 Fév 2014, 11:52

Docteur, tu voudrais dire que les courbes d'équipement en caisson de grave superposent celles des morphologies avec abdominaux en gros volume tendre, avec cholestérol surnuméraire y afférant ?
( Merci, je commence enfin à comprendre quelque chose à la Hi-Fi !)


8-)

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2122
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar MICHEL » 11 Fév 2014, 11:59

Et à la morphologie otologique, sans parler de l'aspect interactif des circonvolutions...

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Xavier - E&M » 11 Fév 2014, 12:00

Pour les graves, comme pour pas mal de choses, les possibilités de dispositifs techniques, tout autant que de typologies et de caractéristiques de rendu sont infinis.
Les fabricants font des choix, des compromis correspondant à leurs savoir-faires, leurs volontés "éditoriales": tel préfèrera des graves démonstratifs (parfois trop, ou peu maîtrisables), tel autre les voudra rapides et timbrés, d'autres seront incapables d'en produire avec des petites et enceintes et/ou petits HP, tous les cas de figure sont présents dans les propositions des différents constructeurs.

MICHEL
Méchant Audiophile
Messages : 2122
Inscription : 19 Sep 2012, 11:17

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar MICHEL » 11 Fév 2014, 12:06

Certes Xavier, mais toujours à corroborer à l'écoute d'instruments acoustiques, en vrai puis sur CD. Puis, il faut définir ce jusqu'à quoi on est prêt d'accepter à se refuser; ce qui revient à plus ou moins accepter le sentiment de frustration, dans le sens de la "transcen... danse ".

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Xavier - E&M » 11 Fév 2014, 12:07

MICHEL a écrit :Et à la morphologie otologique, sans parler de l'aspect interactif des circonvolutions...


Tout à fait, et pas seulement.

Des médecins-chercheurs expliquent (conférence de la Semaine du Son, soirée casques, l'an dernier) que la conformation du visage imprime aussi une certaine perception des sons.
Il a été expérimenté que la modification légère des plumes de tête de rapace qui opère à l'oreille (chouette, la nuit !) de manière dissymétrique leur faisait rater leurs proies les premiers temps (toujours à coté, du même coté), jusqu'à ce que l'animal, après plusieurs ratages de proies, opère un correctif, une compensation (un re-étalonnage en quelque sorte).

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Enceintes JMR Orféo Suprême V2: présentation

Message non lupar Xavier - E&M » 11 Fév 2014, 12:18

MICHEL a écrit :Certes Xavier, mais toujours à corroborer à l'écoute d'instruments acoustiques, en vrai puis sur CD. Puis, il faut définir ce jusqu'à quoi on est prêt d'accepter à se refuser; ce qui revient à plus ou moins accepter le sentiment de frustration, dans le sens de la "transcen... danse ".


La musique vivante comme étalon, comme référentiel d'évaluation, c'est mon credo personnel. C'est une des voies du plaisir des écoutes musicales, cherchant les plaisirs par le réalisme le plus poussé des sons musicaux naturels,
L'autre voie (pas moins légitime) étant le plaisir musical avant tout, même sans fidélité, ou acceptant de compenser par des effets des musiques ou circonstances d'écoutes peu favorables (compression de dynamique ou piètre qualité des enregistrements, conditions d'écoutes difficiles, acoustiques de salles déficientes, ...).
Tout en sachant que la limite de la fonction "fidélité absolue" (le point où cette fidélité est enfin absolue) est l'infini (donc inatteignable, excepté pour Chuck Norris qui visite régulièrement ces contrées), on peut très vivre avec des systèmes musicaux imparfaitement aboutis (ils le sont toujours) sans frustration particulière. Et il peut (à mon avis) y avoir transcendance même avec des systèmes imparfaits.
Heureusement d'ailleurs !

Par contre, le niveau d'exigence est un aspect purement subjectif, c'est à dire dépendant de chacun, des compromis acceptés ou non, des points sur lesquels on est plus ou moins sensibles, exigeants. Et comme tout élément subjectif, ces critères personnels d'acceptabilité de telle ou telle retranscription ne sont pas fixes, ils peuvent évoluer en nature et en intensité, sur un très grand nombre de critères de restitution.
Mais il est vrai que cette exigence est plus souvent ascendante que descendante, on accepte peu ou pas de revenir à des stades qualitatifs moins élevés.
Ces exigences progressent aussi avec la connaissance que l'on a (des sons, de la musique), ainsi qu'avec notre perception plus performante des sons, de la musique et de ses manifestations acoustiques et sonores. Il en est de même avec la musique pure, sur les interprètes, les compositeurs (dans tous types de musiques).


Revenir vers « Les enceintes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités