Audiomat Arpège Réf.10 (Avec conseils d'optimisation)

Préamplificateurs, amplificateurs de puissance, intégrés ...
Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Arpège Réf.10 (Conseils d'optimisation)

Message non lupar Xavier - E&M » 08 Jan 2013, 12:50

Pour le support des amplis Audiomat:
Il semblerait que des appareils (ceux là notamment) soient sensibles à la nature du support sur lequel ils sont installés. Probablement un effet microphonique (remontée de vibrations captées par certains composants et rejetés dans le signal sonore).
L'effet est ici soit des résonances aigues,(cas des tablettes en verre pour certaines électroniques), soit une moindre qualité des graves .
2 solutions pour y remédier: bien choisir la nature du meuble et des tablettes, ou simplement intercaler des panneaux supports convenables.
Le matériau souvent privilégié est le lamellé-collé, hêtre ou bouleau (mais pas le contreplaqué, qui se comporte différemment).
Le double intérêt du lamellé-collé est d'abord sa densité, dont on peut prendre conscience en laissant choir le panneau sur son orteil gauche (ou sur celui d'une personne de passage, pour ceux qui aiment partager leurs expérimentations), et la résonance diffuse du matériau que procure la composition lamellé-collé (à la différence du contreplaqué, plus homogène sur ce critère), l'assemblage de lamelles de différentes densités (on s'en rend bien compte quand on coupe ces lamelles, la vitesse d'avancement varie fortement) fait que le panneau n'a pas une fréquence de résonance précise, elle est diffuse (comme diffractée).
Sur ce panneau, on laisse les 3 pointes de l'appareil s'enfoncer gentiment, en se gardant bien d'utiliser les contre-pointes fournies (qui doivent servir uniquement pour protéger les supports fragiles de rayures indésirables)

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Arpège Réf.10 (Conseils d'optimisation)

Message non lupar Xavier - E&M » 16 Jan 2013, 19:16

la question est vraiment de trouver le bon rapport qualité/prix à mettre, c'est là que je me pose vraiment la question, faut-il chercher vraiment le plus ou se contenter d'un résultat déjà bien. :)
J'ai peur quand écoutant mieux, qu'on n'arrivera jamais à sa fin, je me doutais vraiment pas au départ que des câbles pouvaient autant influencer l'écoute au niveau de la quiétude de celle-ci, certains disent qu'on peut faire aussi bien en DIY, je ne dis pas que ce n'est pas possible, mais ça doit être comme même très fastidieux d'y arriver et au bout de combien d'essai ?
Y-a-t-il un quotient prix / aux prix des éléments du système, où alors tout est permis. Les fabricants de câbles développent par catégorie (Début - Moyen - HDG - High End) et en divisant les catégories pour certains, comment peut-on tout écouter pour ce faire une idée ou choisir ...
Désolé de faire part de mes états d'âme concernant la câblerie, seul l'expérience, l'écoute et le nombre d'années doivent simplifié la décision, ce qui n'est pas mon cas.


Bonjour
La question des cables, et celle des limites à l'optimisation, ne sont pas anodines.
Ca on peut y perdre son âme, c'est à dire s'abîmer dans des considérations qui ne sont pas l'essentiel, qui prennent la place de la finalité des systèmes Hi-Fi.

Trouver des cables, c'est simple et pas simple, si on peut dire sans craindre les évidences.
C'est relativement simple si on cherche à exploiter correctement un système donné, supposé de qualité (c'est un préalable indispensable: les cables ne sont pas chargés de rattraper des appareils à défauts, ou dont les associations n'ont pas été opérés de manière heureuse dans le sens des buts fixés).
Des cables appropriés se trouvent soit avec expérimentations, soit par expérience, soit en s'en remettant à des personnes dont on connait et partage les critères qualitatifs d'écoute. Les cables peuvent être mauvais, de manière permanente, mais les bons et très bons cables ne le sont jamais dans l'absolu, il faut envisager les associations visées au cas par cas: il n'y a pas de cable parfait pour toutes les situations, comme il n'y a pas d'appareil Hifi parfait dans l'absolu. De bons appareils, et bien associés, il faut ces 2 éléments pour une vraie réussite.

Après, il y a le piège de l'optimisation. Qui peut vite virer à la quête Graalesque, c'est à dire par définition celle qui n'aboutira jamais.
Cette obsession touche généralement plus les personnes un peu éloignées de la musique vivante. Les amateurs de musique vivante, qu'ils soient musiciens ou spectateurs, savent que la perfection n'est même pas dans la réalité (acoustiques de salles, balance mal réglée de concerts électro, placement du spectateur, jeu des musiciens, ...). S'approcher au plus près de la musique n'est alors pas la traque pour l'élimination du moindre défaut ou de moindre limitation, mais la recherche simple de l'essence de la musique, et de son coté vivant.
Le but étant de vite n'avoir plus à s'intéresser qu'à la musique, et d'oublier les appareils qui en permettent la retranscription de qualité.
Il faut donc ne pas se tromper au départ (et au besoin se faire aider, ou accompagner), pour être efficace le plus rapidement possible, et ne pas se focaliser sur les appareils et les systèmes une fois qu'un niveau de qualité important est atteint. Sinon, comme beaucoup trop de personnes, le jeu en restera à écouter la musique pour valider des choix de matériels, au lieu de s'intéresser au vrai but: la musique, pour elle même. Quand l'audiophilie devient ainsi, pour certains, quasi une pathologie, ou un dévoiement de centre d'intérêt, qui ne peut vivre que dans la frustration et l'insatisfaction permanente de craindre de ne pas être sans arrêt au maximum qualitatif sur des critères limités arbitrairement choisis.

Autre piège à éviter: accumuler les recettes "limites", les optimisations de tous ordres sur des appareils limités en qualité, y passer du temps et des fortunes, alors que les limites hautes des appareils sont atteintes depuis longtemps, et qu'un remplacement d'appareil ou d'accessoire (parfois par un moins cher, mais plus adapté) serait plus efficace. Sont ainsi les recherches incessantes de cables, de supports, d'optimisation secteur, d'accessoires divers. Certains points sont importants, mais une recherche simple permet de trouver des appareils suffisamment efficaces, sans verser dans des aspects incertains, dont les implications ne peuvent être que mineures.

Chercher les bons appareils, et les bonnes associations, c'est une chose qui ne s'improvise pas. Si on fait la démarche seul, il faut savoir qu'il faut passer par des phases d'apprentissage, et de constitution d'expérience, en multipliant les écoutes, et surtout en connaissant les sons musicaux vivants, ceux des concerts et séances de musique acoustique, si on veut se référer à la réalité de la musique et des enregistrements.
Les professionnels peuvent aider dans cette démarche, faire profiter de leur expérience des connaissances. Il faut bien sûr bien choisir son professionnel, comme dans tout domaine où on fait appel à un professionnel.
Ce professionnel n'est pas là pour tout faire et décider à votre place: il est là pour éclairer les possibles, et les éléments qui vont vous permettre d'opérer des choix les plus pertinents possibles par rapport à vos attentes, vos besoins, vos pratiques, vous faire découvrir des produits, des marques, des pratiques que vous ignoriez, et qui pourraient répondre à vos besoins; et il peut aussi vous ouvrir à d'autres pratiques des écoutes musicales, à en découvrir des aspects (notamment qualitatifs) qui vous sont inconnus.

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9085
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Arpège Réf.10 (Conseils d'optimisation)

Message non lupar Xavier - E&M » 16 Jan 2013, 22:04

Ecouter les propositions du fabricant et/ou du revendeur chez qui ou par lesquels vous avez découvert et apprécié les appareils et systèmes est déjà une garantie d'un résultat d'un niveau de qualité minimal, et dans le cas d'appareils vraiment musicaux, permet de poursuivre cette avancée en qualité assez loin sans trop de risques.
Les suggestions de M. Clarisse concernant les cables à associer avec les appareils Audiomat sont quelques-unes des très bonnes pistes balisées, que l'on peut suivre en toute sécurité si le rendu des appareil vous a convaincu.

Pour le reste, ne pas se torturer la tête en se disant qu'on aurait pu aller encore plus loin: ce n'est pas sûr, il faut avoir les éléments pour établir si les changements sont ou pas des améliorations, ça demande temps et compétences (qui elles même demandent du temps pour s'établir).

Là, vos bases sont plutôt saines, vous allez pouvoir revenir aux préoccupations musicales.

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Arpège Réf.10 (Conseils d'optimisation)

Message non lupar Nicolas.D » 03 Fév 2013, 22:13

Bonjour Marc,
Question relative à ta démarche de quête du graal : pourquoi privilégies-tu dans un premier temps l'investissement dans une câblerie haut de gamme (Esprit Celesta HP et modulation) puis dans un second temps l'investissement dans le DAC Audiomat Tempo, et pas l'inverse ? Côté prix, on doit se trouver dans une même fourchette (environ 3000€), non ? Peut-être que je me trompe mais j'ai le sentiment que le bon qualitatif lié au changement de DAC doit être supérieur à l'amélioration procurée par ces nouveaux câbles.
A+
Nicolas
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Arpège Réf.10 (Conseils d'optimisation)

Message non lupar Nicolas.D » 09 Fév 2013, 20:15

M.DENIS a écrit : il faudra compter quelques jours afin de les stabiliser (roder) bref un truc concernant l'isolation du câble pour que ça se mette en place (70H-80H) quand même :oops: ou ça va vraiment être strident, tirant un max sur l'aigu, ça craint pour l'écoute, mais c'est le prix à payer pour que par la suite tout devienne équilibré et cohérent

Comment expliquer ce phénomène initial de déséquilibre spectral ?
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond


Revenir vers « L'amplification »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : gonzo, mélaudiophile, nevik, tcharlz, Yahoo [Bot] et 8 invités