Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Préamplificateurs, amplificateurs de puissance, intégrés ...
Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9116
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Xavier - E&M » 26 Jan 2013, 19:00

Bonjour

Message reçu il y a peu, ampli en test à domicile chez un particulier, associé à des enceintes Jean Marie Reynaud Cantabile Anniversaire:

"j'ecoute de l'Opéra sur un nuage

-Pffff ... je ne pensais pas que la musique enregistrée pouvait donner une telle émotion. Les superlatifs me manquent : c'est vivant, dense, rapide, précis, chaleureux tout en restant transparent. Bref un tel ampli devrait être remboursé par la sécu :)
J'ai l'impression de redécouvrir mes enceintes : c'est génial de pouvoir bénéficier de ton expérience, un vrai service qu'on ne trouve pas chez les pousseurs de carton.
...
Mille merci
Un fan d'E&M comblé"

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Nicolas.D » 28 Jan 2013, 13:27

Bonjour,

Je tenais à remercier Xavier pour sa grande disponibilité et la confiance accordée suite à un prêt de l'ampli Audiomat Opéra Ref. Quoi de mieux que de tester un ampli chez soi pour l'évaluer ? Je vous propose un modeste compte-rendu de mon approche "audiophile novice" : il y a un an j'ai franchi le pas en faisant l'acquisition de Cantabile Anniversaire pour accompagner mon ensemble Atoll PR200/AM100 (qui jusqu'alors alimentait un jeu de colonnes Cabasse MT352 plus dédiées au homecinema qu'à la hifi). J'y ai gagné sur beaucoup de plans : élargissement de spectre, image stéréo plus riche, timbres plus fidèles. Ce système a définitivement enterré 90% des enregistrements (CDs ou fichiers audios) en ma possession, principalement pop rock : le couple Atoll/JMR est impitoyable vis-à-vis de la compression dynamique : j'en ai les oreilles qui saignent encore.

Une nouvelle ère s'est donc ouverte : celle de la quête de bons enregistrements. Pas facile quand on aime le rock ... voire impossible à quelques rares exceptions près. Du coup, je décide d'ouvrir mes chakras, je me rends à ma médiathèque municipale et j'emprunte à tour de bras des CDs de jazz, de musique du monde et de classique. Je vais de découverte en découverte, de plaisir en plaisir (Hadouk Trio, Anouar Brahem, Esbjorn Svensson, Jordi Savall, Giuliano Carmignola etc). Bref la hifi m'a ouvert à la culture musicale.

Néanmoins je reste têtu et je trouve dommage de devoir ignorer une partie de ma CDthèque : je rajoute donc un caisson de basse (que j'utilisais par le passé pour le homecinema) afin d'aller plus loin dans le bas du spectre sans pour autant rentrer dans la caricature ; c'est mieux mais difficile à régler selon la nature de la musique écoutée : il faudrait ajuster le volume du caisson pour chaque morceau. Bref c'est déjà contraignant d'ajuster le volume global selon les enregistrements (surtout que mon PR200 ne dispose pas de télécommande), si en plus il faut ajuster le niveau des basses, une partie du plaisir s'envole. Par ailleurs je ressens une certaine fatigue au bout d'un certain temps, sans doute lié à un médium/aigu un peu trop "pointu".

Après quelques discussions échangées avec Xavier, je décide de faire quelques écoutes, notamment sur une technologie différente, celle du tube. Un des avantages de venir chez Xavier est de pouvoir écouter de l'Audiomat sur une config identique à la mienne (JMR + Atoll dac100). L'ampli était l'audiomat Arpège Ref 10. Je précise que c'était la première fois que j'écoutais du tube : loin de moi l'envie d'ouvrir un débat "Transistor vs Tube" mais juste la volonté de partager mon ressenti d'audiophile novice. Nous avons donc passé trois heures (quand je vous dis qu'il est disponible ;) ) à écouter ma musique stockée sur un macbook. Je décide de commencer l'écoute par des enregistrements que je juge correct (Vincent Bidal du label Passavant, Esprit d'Arménie de J.Savall, Thimar d'Anouar Brahem, Duende d'A.Cohen, Vivaldi : Conerto pour violon de Giuliano Carmignola). Dès les premières notes, l'émotion est immédiate me faisant oublier le matériel hifi : et c'est sans doute là, le secret d'une écoute réussie. Ce qui est frappant, c'est la fidélité des timbres et la densité de la scène sonore tout en préservant la transparence : je ferme les yeux et j'ai l'impression d'avoir les musiciens devant moi, chacun avec une position bien définie. C'est litéralement bluffant ! Bien sûr ma config Atoll ne fait pas le poids : technologie différente et niveau de gamme différent. Le côté froid et très analytique de l'ampli Atoll est remplacé par la chaleur et l'intensité de l'Audiomat. Par ailleurs la bande spectrale est plus large notamment dans le bas. Je décide ensuite de passer des enregistrements moins bons mais de qualité artistique que j'apprécie (Atom Heart Mother de Pink Floyd version 2011, concert de M à l'Olympia) : sur le premier, le "petit déjeuner psychédélique d'Alan" est impressionnant de réalisme : j'ai l'impression d'être devant la poèle à frire et les crépitements du bacon (ou des oeufs sur le plat ... difficile à dire juste à l'oreille ) sans les odeurs ;-) Quant au blues de Souston de M, on boit chaque note du rif sans grimacer sur le haut du spectre. Pour terminer, je choisis des enregistrements mauvais comme par exemple le Black album de Metallica : pas de miracle, "The unforgiven" est crispant et la compression dynamique insupportable : il n'y a rien à faire.

Voilà donc je repars conquis par cette séance même si dans l'idéal il faudrait que je puisse écouter cet ampli dans mon salon pour être sûr de retrouver la même émotion. Je retourne donc chez moi et engage les discussions avec à ma compagne : et là c'est le drame : l'esthétique de l'ampli ne lui plait pas ; elle préfère l'aluminium. Un coup d'oeil sur le catalogue d'E&M : il y a un modèle qu'elle trouve jolie, l'Audiomat Opera Ref. Oui mais voilà : j'explose le budget initial. J'en parle à Xavier en lui demandant s'il est possible de me le prêter pour une journée ou deux. Grand seigneur, il accepte. J'ai donc récupéré l'ampli et je l'ai installé précautionneusement dans mon salon en lisant la notice (assez spartiate il faut bien l'avouer). Je vérifie le sens de la phase puis je lance. 15 secondes de chauffe et c'est parti. Je reste sans voix : l'émotion est présente et l'ampli va encore plus loin que l'Arpège dans la fidélité des timbres et la largeur spectrale : quand je monte le volume significativement, le message sonore reste précis et net sans distorsion ; par ailleurs la fatigue auditive a complètement disparu et le grave est profond, équilibré et précis. L'attaque des notes de piano sur "Englishman in New York" par V.Bidal est rapide et le son est net et cristallin. Je ne pensais pas pouvoir loger un piano à queue dans mon salon :-)

Côté WAF, rien de mieux qu'une écoute démonstrative pour la convaincre : je choisis un morceau de l'album "We were a dick" du groupe Idaho acheté sur Qobuz en 24/96 : ma compagne est agréablement surprise par le rendu sonore et la voix du chanteur dont on perçoit toute la sensibilité à travers le grain de voix. Bref les indicateurs passent tous au vert (un petit bémol pour la telco en alu qui est un peu lourde).

Pour finir, un petit mot sur la technologie à tubes : j'ai pesé le pour et le contre. Les "pour" sont évidents : grande musicalité, chaleur, équilibre et fidélité des timbres. Coté inconvénients, pas facile quand on n'a pas vraiment d’expérience dans le domaine. Il y a bien sûr les frais d'entretien (environ 180€) toutes les 3000h : j'en suis conscient mais le rendu musical en vaut la chandelle. Ça chauffe : il faut donc dégager la partie supérieure mais ça reste de la logistique donc moindre mal. Parmi les questions en suspens :
1. y a t-il une durée max d'ecoute à ne pas dépasser par jour ?
2. faut-il changer les tubes avant qu'ils ne claquent ?
3. quand un tube claque, cela risque t-il d'endommager l'ampli ?
Les premiers éléments de réponses glanés à droite et à gauche tendent à rassurer : les amplis à tubes Audiomat semblent protégés par un système de fusible et des audiophiles écoutent leur ampli plus de 10h par jour, tous les jours sans aucun problème. Ce qui est rassurant, c'est la disponibilité du fabricant en cas de souci.

Pour conclure, je tiens à remercier de nouveau Xavier pour ces précieux conseils, sa patience, son écoute et sa confiance. Son expérience m'aura fait gagner du temps (et sans doute de l'argent sur le long terme ... même si sur le coup mon portefeuille est fâché :-) ).

Amicalement
Nicolas
Dernière édition par Nicolas.D le 29 Jan 2013, 08:37, édité 1 fois.
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond

Avatar de l’utilisateur
Thierry.G
bleu
Messages : 5064
Inscription : 23 Août 2012, 17:38

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Thierry.G » 28 Jan 2013, 22:07

Félicitations Nicolas belle prise :)
N10/TX2/DA2/300/OASIS/LEGATO/CENTAURE/INTÉGRALE

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9116
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Xavier - E&M » 29 Jan 2013, 10:42

Merci Nicolas, et vraiment ravi que cet ampli t'apporte une restitution qui t'enthousiasme.
C'est pour les mêmes raisons que je me suis intéressé à ces fabrications: le type de résultat, le coté charnel, semblant ne rien oublier de la musique, au delà des notes, mélodies et sons, et transcrivant bien le coté vivant de la musique par tous les micro-détails retranscrits, tout en préservant l'équilibre et la rigueur de restitution, c'est ce qui m'a attiré moi aussi.

Pour tes interrogations:

-l'ampli à tubes doit être utilisé 90 mn maxi, puis il faut le laisser se reposer 6 à 8 heures
-il faut changer les tubes juste avant qu'ils ne lâchent (un peu comme quand on vous indique qu'il faudra tourner à droite pile 2 km avant le prochain feu)
-quand un tube lâche, en général une bonne moitié des circuits et composants sont bons pour la casse.

J'espère que ces précisions vont calmer tes inquiétudes légitimes ...


oui, je déconne ...

-pas de limite d'utilisation en continu (certains l'utilisent comme ça, toute la journée, sur leur lieu de travail notamment),
-les tubes soit lâchent d'un coup (1 seul à la fois), soit en approchant de la fin de vie ils donnent des signes de faiblesse avant coureurs: petits craquements dans les enceintes, sonorités métalliques, qualité musicale en baisse. Pas d'inquiétude, on se rend compte très naturellement de la baisse de qualité de fin de vie.
-les circuits de protection des modèles récents (fusibles avec voyants-témoins, non situés sur le parcours musical) font leur office, et protègent les circuits et composants de dégâts collatéraux.
-le remplacement des tubes est enfantin: il faut juste dévisser les fixation du capot, et échanger les tubes dans l'ordre noté, aucun réglage à opérer. L'utilisateur peut opérer ce changement sans souci.

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9116
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Xavier - E&M » 29 Jan 2013, 10:53

Bonjour,

Très bon CR, de plus c'est sur que vous y rentrer par la grande porte, un Opéra Réf. que du tout bon couplé à des JMR ça doit vraiment valoir le déplacement. ;)

Je suis juste curieux, comment branchez-vous votre macbook au dac Atoll, question qui me turlupine, depuis que j'ai invité des personnes chez moi pour une écoute, tout le monde a descendu en flèche, ma source macbook pro /Clef Hiface, relié à un dac Rega


Bonjour Denis

Nicolas a commandé l'Opéra Ref 12.

-Les Mac sont ultra simples à raccorder. Dans ma salle d'écoute, un simple cable optique par la prise casque / prise numérique optique minijack, et direct vers le DAC, donne déjà des bons résultats. J'apprécie cette simplicité liée à la qualité, et au coût des plus modestes (un cable optique à quelques euros pour raccorder au DAC)
-Avoir un player bitperfect apporte un plus audible (quel que soit le système de sortie choisi).
-Normalement, avec un bon cable SPDIF coaxial numérique, le Hiface procure de bons résultats, à priori légèrement supérieurs à l'optique si le cable coaxial est de qualité.
-C'est plutôt votre DAC Réga qui doit limiter actuellement: c'est un bon DAC, très plaisant, doux, mais pas d'une transparence bouleversifiante, qui fait perdre la notion et la perception subjective de détails, de rapidité, de micro dynamique (c'est la seule limite à noter pour ce bon appareil).
Avec un DAC plus performant (et évidement pas au même prix, malheureusement), ou plus transparent et détaillé dans la même gamme de prix, vous irez plus loin.
-Et pour aller au bout des choses, à partir de la sortie FireWire des Mac ou des PC (ou la sortie Thunderbolt pour les Mac les plus récents), il y a encore moyen de gagner, pour en faire une source ultime de très haut niveau, avec un appareil qui fait des merveilles.
Après découverte grâce à un client, et tests comparatifs (Connexion FireWire versus optique, bitperfect avec et sans, qualité de cable AES-EBU) j'ai passé commande, tests et présentation très bientôt.

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Nicolas.D » 29 Jan 2013, 14:16

C'est avec le DAC 100 que j'ai mis les deux pieds dans la dématérialisation : je suis très satisfait du rapport qualité/prix. Le choix de sortir en optique s'est fait par souci de simplicité : une des limitations est qu'on ne peut pas sortir du flux supérieur à 24/96 sans ré-échantillonnage mais comme je ne possède aucun enregistrement en 192, le besoin est moindre. Au final le résultat est correct mais sans doute perfectible. Pour aller plus loin, j'ai installé l'application Bitperfect : j'ai gagné légèrement en précision/définition mais la différence n'est pas énorme. Actuellement le rendu avec CD80/DAC100 est meilleur que le rendu avec Macbook/DAC100. Donc j'ai encore de la marge de progression mais la priorité financière est donnée à l'amplification, qui pour le coup va faire un bond qualitatif très important.

Xavier,
- Peux-tu me rappeler la durée au bout de laquelle on doit changer les tubes de l'étage d'entrée ?
- Autre question : si un tube claque, pourquoi faut-il changer la paire et pas seulement le tube incriminé (c'est comme les pneus de voiture) ?

Nicolas
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond

Avatar de l’utilisateur
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 4769
Inscription : 14 Sep 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Pascal Pebret » 29 Jan 2013, 14:32

Nicolas.D a écrit :- Peux-tu me rappeler la durée au bout de laquelle on doit changer les tubes de l'étage d'entrée ?
- Autre question : si un tube claque, pourquoi faut-il changer la paire et pas seulement le tube incriminé (c'est comme les pneus de voiture) ?


Et oui, c'est comme les pneus !!
Et c'est plutôt 1000 heures, désolé...

Je sais que Xavier va dire le contraire !!!
Je n'ai pas d'Audiomat mais mon Graaf consomme sans modération !
Un peu comme son Maître, par ailleurs...
Lecteur CD Eera DL2 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + intégré The Gryphon Diablo 300 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Actinote Aria et Spécial HP Stendhal designed and tronched at Loudunum.

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9116
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Xavier - E&M » 29 Jan 2013, 15:02

Je dis pas le contraire, je dis différent.
C'est pas un Graaf, c'est pas les mêmes circuits, pas les mêmes tensions d'utilisation, pas les mêmes réglages, pas les mêmes tubes, je pense pas qu'on puisse extrapoler d'un appareil à l'autre comme ça.
Les indications constructeur sont notamment basés sur les retours clients, notamment ceux qui ont une utilisation régulière.
Et il y a des utilisateurs d'appareils Audiomat qui sont allés loin au delà des estimations prévues.

Pour les questions de Nicolas:
-Les tubes d'entrée sont donnés pour 10 000 h il me semble.
-Quand un tube lâche, on change la paire parce qu'on ne sait pas quel tube a lâché. On sait qu'une voie (droite ou gauche) a un problème ou est muette, mais sans connaissances spécifiques, on ne sait pas quel tube. Et quand on remplace un tube, l'appairage des 2 tubes de chaque canal est nécessaire avec son voisin d'embase.

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Nicolas.D » 05 Fév 2013, 19:04

Et c'est plutôt 1000 heures, désolé...

Les données constructeurs ne sont que des moyennes : ça peut être plus, comme ça peut être moins. 1000h , ça me parait un peu short quand même : quels sont les chiffres fournis par Graff concernant ton ampli ?

C'est pour les mêmes raisons que je me suis intéressé à ces fabrications: le type de résultat, le coté charnel, semblant ne rien oublier de la musique, au delà des notes, mélodies et sons, et transcrivant bien le coté vivant de la musique par tous les micro-détails retranscrits, tout en préservant l'équilibre et la rigueur de restitution, c'est ce qui m'a attiré moi aussi.

Un point important que je n'ai pas évoqué lors de l'écoute de l'Opéra Ref, c'est le fait qu'à un moment donné, mon attention s'est portée sur la musique et non plus sur l'ampli, et ce, sans m'en rendre compte : autrement dit l'ampli a su se rendre très discret, au point d'oublier que j'écoutais un enregistrement. Ce ressenti est tout à fait en phase avec l'idée que je me fais de la hifi : la technique au service de l'émotion.
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond

Avatar de l’utilisateur
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 4769
Inscription : 14 Sep 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Pascal Pebret » 06 Fév 2013, 18:16

Pas d'infos sur la doc de Graaf (cela t'étonne?!!!)...
Mais ce ne sont que les deux loupiottes du préampli qui morflent le plus vite sur mon intégré, pas celles de puissance !
Heureusement !
Lecteur CD Eera DL2 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + intégré The Gryphon Diablo 300 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Actinote Aria et Spécial HP Stendhal designed and tronched at Loudunum.

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9116
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Xavier - E&M » 06 Fév 2013, 20:47

Alors c'est une autre crèmerie. J'ai jamais eu de tubes de pré qui lâchaient avant celles de puissances sur les Audiomat qui me sont passés dans les pattes. Si ça arrive, c'est l'exception, et pas la règle comme avec ton Graaf.

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Nicolas.D » 09 Fév 2013, 20:07

Donc finalement rien de bien Graaf !
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9116
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Xavier - E&M » 09 Fév 2013, 20:10

... je crois que je vais instituer l'utilisation des gages sur ce forum ...

Pascal, tu deviens contagieux !

;)

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Nicolas.D » 24 Mars 2013, 17:09

Salut,
Et voilà le bébé est arrivé chez moi il y a 15 jours : il s'appelle Opéra Ref 12 et pèse 28 kgs !

Image

L'accouchement s'est bien passé malgré quelques frayeurs initiales. Après avoir braver les éléments neigeux pour récupérer l'ampli chez Xavier, j'arrive chez moi et je le déballe précautionneusement : ça sent le neuf à plein nez et je découvre avec surprise que la télécommande est différente de celle équipant l'Opéra de génération précédente :

Image

Et c'est une bonne surprise : elle est moins large (donc on la tient mieux en main) et le toucher est plus agréable car la surface est plus lisse, moins rugueux : ma femme adore (et ça c'est un bon point). Le mode d'emploi reste spartiate (deux feuilles simples) mais concis : il contient toutes les informations importantes pour la mise en service et l'installation. Je précise que le manuel est en français et uniquement en français : les explications sont limpides (ça change des modes d'emploi de produits internationaux où la section en français est souvent une traduction approximative prêtant parfois à confusion).

Une fois le bébé déballé et le mode d'emploi lu trois fois avec attention, je l'installe sur une de mes étagères en chêne lamellé-collé ; puis je raccorde le câble secteur en respectant le sens de la phase secteur (l'ampli est réglé sur 230V comme prévu) sur ma barrette secteur : et là, paf, l'interrupteur général des prises de courant sur mon tableau électrique se met en sécurité (position Off) ; je précise que je n'ai pas encore allumé l'ampli. J'appelle Xavier dans la foulée : il me suggère plusieurs pistes d'investigations :
1. raccorder le câble secteur de l'ampli directement sur la prise murale
2. changer de câble secteur (j'ai donc essayé un des câbles Atoll)
3. tirer la petite trappe à fusible située à l'extérieur de l'ampli juste dessous l'arrivée du câble secteur.

Bilan : les points 1/ et 2/ ne changent rien au problème et surtout le point 3/ annonce le verdict : le fusible est mort. Par chance il y a un second fusible ; néanmoins sur conseil avisé de Xavier, je décide d'appeler Audiomat. Je précise qu'il est environ 19h : je m'attendais à tomber sur le répondeur ... et bien non, un Monsieur fort sympathique à l'accent du sud décroche : M. Norbert Clarisse. Je lui explique mon problème : il est dubitatif car il a écouté et testé l'ampli quelques heures avant expédition. Par ailleurs il est surpris car l'ampli n'a même pas été allumé. Il me suggère donc d'ouvrir le capot afin de jeter un œil pour être sûr que rien n'avait été endommagé lors du transport :

Image

Tout est en ordre : il me conseille alors de retourner l'ampli à Xavier pour retour en atelier et s'excuse pour ce contre-temps. Je rappelle donc Xavier pour prendre rendez-vous dès le lendemain afin de lui ramener le bébé. Vous imaginez bien ma déception. 20h : mon portable sonne ... c'est M. Clarisse qui possède une piste sérieuse : il me demande de débrancher le câble secteur et de rouvrir le capot afin de regarder si la gaine du câble de phase interne n'aurait pas à tout hasard été percée par une des vis du capot, ce qui expliquerait le court-circuit immédiat dès qu'on raccorde l'ampli au secteur. Bingo (ci-dessous une photo du câble endommagé) :

Image

Il me dit qu'en général le problème ne se produit pas car le câble de phase contourne le pont de diode par l'intérieur. Dans mon cas, il longeait l'arête inférieure gauche. Afin d'éviter de renvoyer l'ampli par transporteur (ce qui présente toujours un risque) il me suggère alors deux choses :
1. de remplacer le fusible mort avec le fusible de secours
2. de redresser légèrement le câble de phase (qui est un câble assez rigide maintenu par des rilsans) en tournant la partie endommagée vers le haut afin que la vis ne puisse plus heurter le câble. Ensuite un petit coup de chatertone et le tour est joué.

Capot ouvert, je branche le secteur (cette fois le général ne saute plus) et j'allume l'ampli : tout démarre correctement sans le moindre problème. Il est plus de 20h30 et M. Clarisse me présente ses excuses et propose de m'envoyer des nouveaux fusibles. Soulagé je peux alors faire les premières écoutes. Dès le lendemain, surprise, M. Clarisse me rappelle pour prendre des nouvelles et me faire part de ses recommandations pour optimiser l'installation :
- utiliser préférentiellement l'entrée "Line 1" sur l'Opéra (alors que pour l'Arpège, c'est l'entrée "Line OUT"
- respecter le sens de la phase secteur (repère rouge sur l'embase de l'appareil) en utilisant par exemple un tournevis testeur
- poser directement l'ampli sur une étagère en bois (sans veines, genre hêtre ou okoumé), médite jaune (ni médium, ni MDF) ou hêtre lamellé-collé (par exemple un plan de travail de 3cm d'épaisseur). Inutile d'utiliser les contre-pointes fournies. Surtout éviter les étagères en marbre, en verre ou en métal. Il m'a parlé d'un meuble de qualité exceptionnel : JS Audio au prix tout aussi exceptionnel (environ 1500€)
- utiliser si possible une prise de courant murale raccordée en direct sur le tableau électrique (comme par exemple les prises dédiées aux lave-linges et autres fours électriques) : moins il y a de monde sur la ligne, et mieux c'est
- éviter de raccorder sur la même barrette secteur la partie audio et les PC/Mac/Box ADSL/Consoles : ces derniers sont sources de pollution secteur.
- éviter les barrettes secteurs disposant d'un interrupteur lumineux. Une barrette Actinote de type Mezzo fait l'affaire
- il est super important de soigner la qualité du câble reliant la barrette secteur à la prise murale (plus important que le câble secteur reliant l'ampli à la barrette). Une fois encore Actinote propose de bon câble secteur. Néanmoins avant de se lancer dans ces optimisations, M. Clarisse suggère de garder le cordon secteur d'origine dans un premier temps.
- il me conseille de sabler les pieds en Alu de mon meuble DIY afin de neutraliser les vibrations parasites pouvant influer sur les aigus

Par ailleurs il m'a indiqué qu'il fallait compter environ 150 heures de rodages avant que l'ampli puisse dévoiler tout son potentiel. Donc patience.

Vous connaissez beaucoup de concepteurs aussi attentionnés et passionnés ? Moi je dis bravo

Au moment où j'écris ce post, je suis à environ 40h d'écoutes. Je retrouve l'émotion procurée lors de l'écoute de l'Opéra de Xavier voire plus ; néanmoins rodage oblige, je perçois quelques acidités dans le haut médium et un message légèrement brouillon dans le bas du spectre (les basses bavent un peu comme s'il y avait un manque de précision). La qualité sonore reste néanmoins de haute facture : on sent que l'ampli en a sous le capot et il me tarde que la phase de rodage prenne fin. Globalement je suis satisfait : mon système a fait un véritable bond en avant. Reste que la hifi sans quête du Graal ne serait pas la hifi : j'entrevois donc des optimisations dans le futur côté câblerie mais aussi côté dématérialisation (le couple Mac/Dac100 étant devenu le maillon faible de mon système). Néanmoins avant toute évolution future, je me donne plusieurs mois pour apprivoiser ce félin d'Audiomat afin d'établir un référentiel sonore solide (et accessoirement renflouer les caisses).

Voilà assez parlé, je repars dans mes écoutes.
Un audiophile heureux

Nicolas
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond

Avatar de l’utilisateur
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 9116
Inscription : 23 Août 2012, 17:58

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Xavier - E&M » 24 Mars 2013, 19:51

Bonjour Nicolas ;)

Très belles photos.

Tu as rencontré un problème rarissime, dû à une modification ponctuelle d'un chemin de cable. Comme quoi, faut vraiment penser à tout, car l'ampli avait été testé avant expédition, mais capot retiré.

Tu nous diras ce que donne la suite du rodage.

Bonnes écoutes !

Xavier

Avatar de l’utilisateur
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 4769
Inscription : 14 Sep 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Pascal Pebret » 25 Mars 2013, 09:08

Xavier - E&M a écrit :Tu as rencontré un problème rarissime

C'est l'inconvénient du montage en l'air, des fils qui traînent partout !
Mais il y a des avantages, ...on ne peut pas tout avoir !...
Lecteur CD Eera DL2 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + intégré The Gryphon Diablo 300 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Actinote Aria et Spécial HP Stendhal designed and tronched at Loudunum.

Nicolas.D
Audiophile
Messages : 174
Inscription : 19 Sep 2012, 17:14
Localisation : 77

Re: Audiomat Opéra Référence: témoignage d'utilisateur

Message non lupar Nicolas.D » 25 Mars 2013, 22:45

Peux-tu m'éclairer ? Tu parles de brancher l'Arpège sur le line out ?
Je ne comprends pas cette allusion dans ton post plus haut.

Sur la notice il est indiqué : "Préférentiellement, utiliser LINE OUT sur Arpège, LINE1 sur ARIA et OPERA, LINE1 à LINE5 sur RECITAL et SOLFEGE"
Cette sortie "LINE OUT" est une entrée-sortie que tu peux utiliser comme entrée si tu n'as qu'un seul appareil "source" connecté. Sur Arpège il semblerait que cette entrée-sortie ait été optimisée ; néanmoins je ne connais pas la nature de cette optimisation (peut-être un câblage interne de meilleure qualité) : un petit coup de téléphone à Norbert Clarisse devrait clarifier ce point.
Intel NUC i5 / Daphile - Platine Atoll CD80 - DAC Meitner MA1 - Ampli Audiomat Opéra Ref 12 - Enceintes JMR Cantabile Anniversaire - Câble modulation : JMR 216B - Câble HP: JMR HP 1132 - Câble USB : Audioquest Diamond


Revenir vers « L'amplification »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Dede78, mako, Tangerine Dream et 15 invités