Rencontre avec un LINN Akurate katalyst

Lecteurs CD/SACD, transports , ...
Répondre
ionilo
Audiophile
Messages : 40
Enregistré le : 27 août 2018, 09:25

Message non lu 19 mai 2020, 21:17

Bonjour,
Je termine ici, quelque mois après, mon autre post "histoire d'un changement complet de système" . Avec encore une fois une décision de départ totalement transformée à l'arrivée.
Je résume: une fois mes oreilles habituées au binôme Accuphase E270 / Olympica II, je devais prendre une décision entre changer ma vieille platine Denon ou tenter l'expérience d'un nouveau lecteur réseau-Dac. Idéalement je serais parti sur un Accuphase DC37 mais à preque 9000 euros ce n'était pas envisageable. ET puis dans quelle gamme choisir? Mon lecteur étant un Majik de LINN j'ai regardé la gamme au-dessus, les Akurate. Trop cher pour moi jusqu'à qu'un revendeur altruiste me suggère d’acheter un Akurate DS et de faire un upgrade vers le DS/3 Katalyst. En gros LINN change tout sauf l'alimentation. Et vous payez 30% du prix du neuf.
J'ai acheté un DS/1 de 2012 upgradé en 2018 pour 3200 euros, avec trois ans de garantie. Sans l'avoir écouté. En me basant sur un post "le son plus proche de la LP 12". UPS me livre, je branche la machine et je la fais tourner trois heures avant d'écouter. Et là je réalise trois choses:
- Non ce n'est pas le son de la LP12, il ne faut pas exagérer, mais cela sonne presque comme un vinyle. Les timbres sont là, mois présents peut-être mais rien à voir avec mon Majik. La précision et la qualité de la scène sont époustouflants.
- Mon ampli et mes enceintes sonnent mieux. Le défaut (qualité ?) de l'Accuphase est sa stricte neutralité et son niveau de détail qui rendent inécoutables certains morceaux mal enregistrés. Rien de tel avec l'Akurate. Bref avec une meilleure source l'ampli se révèle. Donc dans un système ou l'ampli vaut 6000 euros et les enceintes 8000 un lecteur réseau à 1800 euros n'est pas à la hauteur.
- Le vinyle n'a aucun avenir chez les personnes qui aiment la musique. Je parle bien de ceux qui aiment la musique et pas ceux qui sont à la poursuite du meilleur son possible. Pour ceux-là le vinyle restera imbattable. Mais pour ceux qui adorent comparer différents enregistrements d'un même morceau, qui aiment découvrir de nouvelles musiques sans avoir à payer un album complet pour écouter une chanson, et qui prennent du plaisir à réécouter les archives de la BnF, je recommande le LINN Akurate DS/3 Katalyst.

Voilà. J'avais écouté du Naïm et du Sugden (trop flou), et du Moon (trop froid) . Je n'ai pas écouté ni Atoll, ni 3D-Lab ni Aurender. Maintenant pour trouver un revendeur qui fasse toutes ces marques ET LInn, il faut se lever tôt et marcher longtemps.... Et puis une marque qui continue sur 15 ans à proposer des upgrades de ses matériels, surtout en source numérique, franchement je trouve cela assez exceptionnel.
Linn Akurate DS/3 Katalyst- Denon DP 1200 /Ortofon 2M Black - Accuphase e 270 + AD 50 + Wireworld Aurora 7- Sonus Faber Olympica 2 + Wireworld Oasis 8.
candide
Audiophile
Messages : 341
Enregistré le : 06 nov. 2015, 11:12

Message non lu 20 mai 2020, 10:03

Pour ma part, je viens d'acheter le métronome technologie player 2 à un membre du forum et trouve des qualités similaires. Spatialisation, profondeur, son approchant de l'analogique sur des CDs du milieu des années 80 à 90, des AAD qui ont remplacé toutes mes éditions remastérisées alourdies par trop de fréquences graves. La sensation d'une écoute analytique ressentie au début s'est désormais dissipée. Je suis heureux.
Platine Vinyle Rega RP6. Cellule Ortofon 2M Black.
Lecteur CD Metronome Technologie Player 2
Ampli Audia Flight three S
Pré ampli Phono Aurorasound Vida Prima
Enceintes PEL Quattro +
Câbles de modulation et HP Atlas Hyper Integra et 3.5.
ionilo
Audiophile
Messages : 40
Enregistré le : 27 août 2018, 09:25

Message non lu 22 mai 2020, 11:22

Quelques precisions sur ce que j’ai écrit dans mon premier post. Hier j’ai demandé à un cobaye mélomane non audiophile d’écouter avec moi.
Nous avons choisi quatre vinyles : Dire straits « communiqué » et Beethoven Concerto piano n°5, deux albums originaux enregistrés en analogique qui ont plus de vingt ans. Kenny Burrel «  Midnight Blue » une réédition Blue Note de 2012 et Jacques Loussier «  Playbach n°1 » une rééditions analogue records de 2015 censée être une version « audiophile ». L’idée etait de les comparer avec le même morceau chez Qobuz.
Quelques constatations de mon ami: l’Akkurate est très agréable à écouter.
Sur tous les morceaux l’Akurate est plus précis et l’image plus profonde, de manière plus prononcée sur le Beethoven.
Sur le Dire Straits impossible de départager la platine et l’Akurate.
Sur Playbach, on a arrêté l’Akurate après quelques secondes tellement la différence était nette. Sur Midnight Blue, ce fut l’inverse.
Voilà.
Linn Akurate DS/3 Katalyst- Denon DP 1200 /Ortofon 2M Black - Accuphase e 270 + AD 50 + Wireworld Aurora 7- Sonus Faber Olympica 2 + Wireworld Oasis 8.
Répondre