ADARA, le projet haut de gamme de Jean Claude Reynaud

Colonne, Bibliothèque, Murale ...
Avatar du membre
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 11029
Enregistré le : 23 août 2012, 17:58

Message non lu 13 nov. 2014, 22:54

Non-non-non, je ne te confirmerai pas qu'elles sont bien plus lourdes, pas question !
Patience ... (et longueur de temps ...)
Autour d'un système déjà très défini, tant sur l'objet et ses techniques, que sur les performances électroniques et acoustiques, et le rendu sonore, dont les performances sont connues et cadrées, il reste à affiner certains détails, notamment esthétiques. C'est pas un petit boulot, il y a des exigeants !
holliger
Audiophile
Messages : 236
Enregistré le : 17 févr. 2013, 18:14

Message non lu 14 nov. 2014, 14:45

Si l'esthétique se rapproche de l'aperçu jeté en pâture, on peut dormir tranquille 8-)
Ou pas :twisted:
Avatar du membre
JMR
Professionnel
Messages : 168
Enregistré le : 06 nov. 2012, 12:50
Localisation : Barbezieux
Contact :

Message non lu 15 nov. 2014, 10:03

Bonjour,
Ma pièce d'écoute Xavier fait plus de 35m2... Désolé...
Mais tu as raison de dire qu'ADARA à été pensé pour une utilisation domestique, comme d'ailleurs toutes les créations JMR qui sont connues pour leur facilité d'installation dans un environnement "normal".
Pour sa hauteur finale, ce qui compte le plus c'est la hauteur du tweeter par rapport au sol, il devrait se situer environ à 1,2m.
Je n'ai pas encore essayé dans une petite pièce (moins de 20m2) mais je pense que ce sera jouable, même s'il ne faut pas oublier que je vais utiliser un HP de grave de grand diamètre donc générant pas mal d'énergie donc on aura du mal à les coller au mur et des les coins. Pour le recul d'écoute par contre on pourra tout à fait se contenter de 3m environ...
Voilà pour les détails que je peux donner pour l'instant... Wait and see :-) Work in process ;-)
La connaissance parle, la sagesse écoute... (Jimi Hendrix)
holliger
Audiophile
Messages : 236
Enregistré le : 17 févr. 2013, 18:14

Message non lu 16 nov. 2014, 15:14

Merci Jean-Claude.
Nous attendons sagement la suite 8-)
Avatar du membre
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 11029
Enregistré le : 23 août 2012, 17:58

Message non lu 01 oct. 2015, 00:56

Belle et intrigante image à propos d'ADARA, sur le nouveau site de Lionel, l'audiophilefr, mis en ligne hier

Image

Le Monsieur nous réserve des surprises ...

;)
moeb
Audiophile
Messages : 3
Enregistré le : 19 déc. 2012, 17:14

Message non lu 23 oct. 2015, 23:00

Alors, personne ici pour en parler, maintenant qu'elles ont été présentées au grand publique (1,80 environs...)?
Avatar du membre
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 11029
Enregistré le : 23 août 2012, 17:58

Message non lu 23 oct. 2015, 23:11

Aaaahhhh, mais on en a parlé.
Mais pas encore ici, juste sur la page Facebook d'Enceintes et Musiques.
Avatar du membre
daniel
Audiophile
Messages : 548
Enregistré le : 04 mars 2014, 15:35

Message non lu 23 oct. 2015, 23:20

Cela me rappelle les OPUS d' il y a une trentaine d'année il me semble...

ça va décaper les ALDARA :mrgreen:

NDLR: sortez vos Vidal
S1 : Thorens TD 147 /Shure V15-4 ; Cambridge CXC; SOTM SMS 200+Armature Hecate; Rotel 1592; Martin Logan EM-ESL
S2 : Luxman PD 284 / Grado red ; Naim SuperUniti . DIY Focal et DIY Scanspeak+Seas
NAS Synology; Roon+Qobuz HiRes
Avatar du membre
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 11029
Enregistré le : 23 août 2012, 17:58

Message non lu 23 oct. 2015, 23:26

Oui, il y a un air de famille assumé, une référence aux JMR Opus.
Sic scripsit gloria mundi

Sortez vos Gaffiot :mrgreen:
Avatar du membre
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 11029
Enregistré le : 23 août 2012, 17:58

Message non lu 24 oct. 2015, 01:04

Pour ADARA, ça a été un sacré week-end de présentation. La salle était sans arrêt bondée, les gens ressortaient avec la banane, et pas mal de personnes ont pris une belle claque, professionnels compris.
Des grands noms sont passés dans la salle, très intéressés par la proposition de Jean-Claude. Les visiteurs étaient assez curieux (parfois trop) des technologies (en mode appareil de présérie, les faces arrières n'étaient pas montrables, ça en a titillé plus d'un).
Il a fallu -comme toujours- composer avec l'acoustique de la salle, mais hormis des creux et bosses bien marqués dans le bas du spectre, impliquant pour Jean-Claude un positionnement de sioux, ce grand système s'est comporté de manière plutôt très satisfaisante.
Le meilleur, cest que pour tout un tas de raisons, (le temps, et quelques aléas durant la réalisation du proto, assez rock and roll par moments), certaines choses n'avaient pu être finalisées au top; ce qui signifie qu'ADARA en version série bénéficiera encore d'optimisations de rendu (si-si, c'est possible !). Ce que j'ai eu la chance d'entendre durant les études d'ADARA et de VOCE m'en donne une idée assez précise, et Jean-Claude me dit qu'il'y a encore d'autres petites choses en plus.
On a assisté à ce salon au début public d'une belle aventure commencée depuis plusieurs années; ces nouvelles technologies (le filtrage numérique et les système actifs), ou plutôt leurs versions actuelles, permettent d'envisager des choses jusqu'alors inaccessibles, ou techniquement non atteignables par limitation de certains composants numériques (puissance de calcul des DSP, amplification, ...). Il est intéressant de voir et de bénéficier des recherches d'un des maîtres de l'acoustique et du son en France, manipulant et développant ces nouveaux outils, et les associant à des systèmes acoustiques spécifiques et novateurs (type de charges, ...), eux aussi spécialement étudiés avec la crème des composants actuels.

D'ailleurs, Jean-Claude a été distingué et désigné par l'équipe du salon et plusieurs partenaires, comme un des "maîtres français du son", avec son portrait dans l'expo photo et une note historique et descriptive dans l'ouvrage hommage associé. Ce n'est que normal, ADARA vient justement confirmer cet indéniable savoir-faire de haut niveau, et la qualité constante des propositions de la marque, depuis des décennies maintenant.
Avatar du membre
JMR
Professionnel
Messages : 168
Enregistré le : 06 nov. 2012, 12:50
Localisation : Barbezieux
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 09:20

Bonjour à tous,
J'étais assez fébrile c'est vrai lors des présentations de ce système hors normes.
Il faut savoir que nous présentions un modèle prototype 0 dont la finition était loin d'être parfaite sur pas mal de détails esthétiques, mais qui présentait déjà l'intégralité des développements mis en oeuvre au niveau des matériaux employés, des assemblages et des choix techniques.
Comme le dit Xavier très justement, ce prototype a été fini d'assembler à peine 24h avant l'ouverture du salon... Quel stress !! :roll:
Le boitier de commande et de réception des sources n'était pas encore présentable, et seule la façade en aluminium était sur le stand. On peut donc dire que c'était vraiment une avant-première. Mais le résultat sonore était bien au rendez-vous je pense. Contrairement à ce que certains peuvent penser, le système DSP embarqué n'a pas été utilisé pour optimiser les performances du système à la pièce, ce sont les réglages d'origine qui les faisaient fonctionner; ce DSP n'est pas conçu pour faire de la correction en compensation des défauts d'acoustique. Donc ce que certains auront entendu au salon dans une pièce un peu étriquée donne un aperçu du potentiel de ce système dans une pièce plus grande... En gros, "elle en a sous le pied".
De plus, quand j'aurai enfin un peu le temps de retravailler un peu certains petits détails, je pense qu'on peut aller encore plus loin (c'était déjà pas si mal comme ça non ?)
Je vais vous donner quelques précisions techniques sur ADARA, détails que j'ai posté sur un autre fil, mais que je veux partager ici car après tout c'est bien ici qu'un post lui est entièrement dédié:
Dans le désordre:
Le HP de grave est un 12" soit un 31cm dans une charge à amortissement progressif utilisant 4 cavités avec un profil de compression supplémentaire, cela permet de n'utiliser aucun absorbant dans le caisson et de ne pas freiner le flux d'air. Il est accordé à la façon d'un BR à 27hz...
Le HP de médium est dérivé de celui de l'Offrande Suprême V2, cône carbone pressé avec la mise en tension du HP comme à notre habitude. Cette charge a un profil de compression progressive et est décompressée par un évent afin de ne pas limiter les capacités en dynamique du HP.
Le tweeter est un AST (aérostriction), mais avec une membrane en silicone et non en kapton comme souvent avec ce type de HP. Ce qui donne un aigu beaucoup moins projeté et moins coloré, moins dur...
Le DSP est cadencé en 32bit 192kHz
Les amplis utilisés sont en classe D hybride, étage d'entrée à alimentation linéaire analogique et étage de puissance à découpage.
1000W pour le grave, 250W pour le médium et 250w pour le tweeter.
Ces modules utilisent exactement les mêmes technologies afin de respecter les temps de montée et d'amortissement du système et de garder l'homogénéité de l'ensemble, quel que soit le niveau écouté.
Les matériaux utilisés pour la fabrication des ébénisteries ont été longuement choisis:
Un composite Polyuréthane chargé de carbone et de micro billes de verre pour la partie médium aigu, usiné dans la masse. Ce matériau a une densité incroyable, 1400Kg/m3 il est donc parfaitement inerte. Pour info, la densité du MDF utilisé traditionnellement pour la fabrication des ébénisterie est entre 300 et 600kg/m3. Ce matériau est donc 4 fois plus dense que le PDF et presque aussi dense qu'un alliage métallique.
Le caisson de grave est réalisé en MDF HD de 30mm d'épaisseur et habillé d'une feuille d'aluminium percée et cintrée de 8mm d'épaisseur, ceci afin de rompre les modes de résonance du matériau.
Le tout est posé sur 5 pointes au profil particulier qui reposent sur un socle de fonderie d'aluminium de 40mm d'épaisseur, afin d'avoir une référence mécanique la plus stable possible. Ce socle fait à lui seul près de 20kg...
Le bébé au total pèse près de 160kg... A vérifier car je ne l'ai pas encore pesé...
Toute l'électronique est fixée à l'arrière du coffret et découplée au moyen de silentbloc, afin d'éviter que cette électronique ne soit perturbée par la vibrations du caisson.
Les DAC sont sur des cartes téflon et utilisent des puces AKM de dernière génération ultra performantes, et sont entièrement symétriques.
C'est le DAC en fin de chaine de signal numérique qui gère le volume au moyen d'une commande envoyée par le boitier de sources... ceci afin d'éviter de perdre de la résolution sur le signal numérique original. Tout est upsamplé en 24/192 avant traitement du DSP en 32bit.
Le câblage entre le boitier et les enceintes est double:
-un câble pour l'audio,
-séparé du câble envoyant les commandes de volume de mute et de standby.
Ceci afin d'éviter toute perturbation du signal numérique.
Le procédé de liaison numérique est en I2S symétrisé au moyen du procédé LVDS permettant de booster le signal et de l'envoyer à au moins 15m sans perte.
Cette liaison est nettement supérieure en qualité que l'AES ou le SPDIF.
5 SRC sont en oeuvre dans le cheminement du signal afin de supprimer toute trace de jitter; nous obtenons un rapport signal sur bruit numérique théorique de l'ordre de 140db... On peut dire que c'est silencieux...
La boitier de source pourra accueillir 13 sources différentes, analogiques et numérique, ainsi que réseau au moyen d'une carte renderer UPNP/DLNA.
2 Entrée symétrique analogiques
2 Entrées Phono/ligne commutables
2 Entrées ligne avec gain réglable
3 entrées numériques SPDIF
3 Toslink
1 AES/EBU
1 USB (compatible DOP jusqu'au DSD 256)
1 entrée I2S
1 entrée RJ45
...
De plus ce boitier a une sortie casque audiophile de très grande qualité, avec un réglage de volume indépendant des enceintes qui se couperont dès insertion du casque, et le boitier indiquera alors le niveau du casque de manière indépendante.

Voilà déjà beaucoup de détails pour vous... Et il en y en a encore d'autres... Mais ce serait un peu trop long.
Sachez que ce développement aura duré pas loin de 5 ans, avec énormément de recherche et d'optimisation acoustiques et dans le domaine numérique.
Le DSP n'est utilisé que pour le filtrage à la façon d'un filtre passif: je n'ai pas voulu compenser des éventuelles erreurs de qualité au niveau des HP ou de mes charges. Il a donc fallu penser l'enceinte au complet comme une excellente enceinte passive avec de très beaux HP et parfaitement optimisée. Le DSP ainsi utilisé ne consomme que 2% de sa puissance de calcul, ainsi tout le message musical est respecté.
Les HP sont parfaitement alignés temporellement grâce au procédé non destructif qu'est le délai numérique... en 192khz un échantillon c'est 1.7mm donc ils sont très très bien calés en phase dans l'axe et en dehors de l'axe. Ce qui permet d'obtenir une image stéréo ultra stable précise, avec des plans en profondeur extraordinaires...

Toute la profession s'est déplacée sur notre stand pour écouter le résultat... Il y avait des yeux exorbités :D
C'est un exercice de style, un produit fou, un rêve que je réalise, une vitrine technologique qui me servira aussi au développement d'une gamme de systèmes comme VOCE qui reprend une grande partie des technologies développées pour ADARA, le même DSP notamment.

Bref tout ça nous promet un avenir ultra intéressant...

Je n'abandonne pas pour autant les produits traditionnels passifs, je continuerai à en développer et cette gamme active sera en parallèle comme un complément d'offre...
Mais une fois qu'on a goûté à ce type de système ... difficile de revenir en arrière, sauf si on est très attaché au charme d'une enceinte moins rapide, moins définie, moins réactive... Bref à vous de juger à l'écoute...
La connaissance parle, la sagesse écoute... (Jimi Hendrix)
Avatar du membre
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 5607
Enregistré le : 14 sept. 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 09:28

JMR a écrit :Contrairement à ce que certains peuvent penser, le système DSP embarqué n'a pas été utilisé pour optimiser les performances du système à la pièce


Et vlan, en plein dans la trogne à Mickey !!!!!!.....
Merci Jean Claude, ...sympa... :lol:
Je suis content d'être venu.
Transport Mark Levinson 37 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + préampli The Gryphon Bel Canto + Ampli S100 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Legato Referenza Superiore et HP Stendhal et autres.
Avatar du membre
JMR
Professionnel
Messages : 168
Enregistré le : 06 nov. 2012, 12:50
Localisation : Barbezieux
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 10:12

Boitier ADARA 80mm.55.jpg

Voici à quoi ressemblera le boitier de sources et commandes d'ADARA... En exclusivité pour E&M ;)
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
La connaissance parle, la sagesse écoute... (Jimi Hendrix)
Avatar du membre
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 5607
Enregistré le : 14 sept. 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 10:19

Et ne change pas de conversation, stp... :mrgreen:
Transport Mark Levinson 37 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + préampli The Gryphon Bel Canto + Ampli S100 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Legato Referenza Superiore et HP Stendhal et autres.
Avatar du membre
JMR
Professionnel
Messages : 168
Enregistré le : 06 nov. 2012, 12:50
Localisation : Barbezieux
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 11:19

Comme je l'expliquais lors des démonstration, il y a selon moi deux manières d'utiliser un DSP:
-la plus commune est de corriger les défauts du système, phase, linéarité des HP et compensation en fonction de la pièce,
-et il y a celle que moi je défends: ne remplacer que le maillon faible de l'enceinte acoustique à savoir son filtre passif composé de composants (self, résistances et condensateurs) qui s'opposent de manière non linéaire au courant délivré par l'ampli et qui induisent distortion déphasage et désamortissement...
Le DSP que j'utilise ne fait que le filtrage des HP et leur mise en phase au moyen d'un délai et c'est tout... et le tout avec des procédés de filtrage équivalents à ceux des filtres passifs classique soit en IR avec déphasage minimum.
Comme je le disais également, on a beau faire des correction amplitude fréquence et de phase, on ne rendra jamais un mauvais HP bon et ce malgré les résultats obtenus à la mesure, car à l'écoute ce genre de correction donne, selon moi, des résultats musicaux catastrophiques, perte d'aération de micro-détail, dynamique aléatoire voir franchement désordonnée etc... Un HP c'est un ensemble de paramètres mécaniques et électriques complexes et on ne peut les résoudre tous seulement avec des corrections électroniques... Si un HP utilise un matériau aux propriétés mécaniques hasardeuses, même avec une courbe amplitude/fréquence droite et une phase corrigée, on sera toujours face à un HP qui se comportera très mal en impulsion et en amortissement, c'est MECANIQUE... De même, plus on utilise la puissance du DSP, plus ses capacités à respecter les micro-informations sera faible... C'est pour ça que j'ai choisis de n'utiliser que le minium "syndical" nécessaire provenant de cette technologie au demeurant ultra intéressante.
Une bonne enceinte acoustique c'est avant tout un choix de HP cohérents entre eux, une charge bien optimisée et des matériaux de construction choisis... Il ne suffit pas de mettre un HP dans une boite et de laisser le DSP faire les corrections en compensations des défauts de mise en oeuvre...
C'est mon avis, et je sais que certains prônent l'utilisation du FIR et des corrections multiples, mais selon moi ça ne rend pas justice à la musique.
La connaissance parle, la sagesse écoute... (Jimi Hendrix)
Avatar du membre
Pascal Pebret
Professionnel
Messages : 5607
Enregistré le : 14 sept. 2012, 08:39
Localisation : Mickeyville
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 11:32

Ah mais, c'est une orientation industrielle tout à fait défendable, Jean Claude !
Mais je reste persuadé que dans ce cas précis, bien que n'étant pas ingénieur acousticien pour pouvoir le prouver, les Adara ou autres enceintes de très haut de gamme devront être posées ailleurs que dans une pièce à vivre !
Je suis loin d'encenser et de vouloir imposer les correcteurs de salle dans un système car ils génèrent forcément des défauts.
Si je pouvais m'en passer aujourd'hui, crois moi, je le ferai volontiers !
Transport Mark Levinson 37 + Aurender N10 + DAC Meitner MA1 + processeur Trinnov ST2 + préampli The Gryphon Bel Canto + Ampli S100 + enceintes P.E. Leon Intégrale + caisson Velodyne DD18 - Câbles modul Legato Referenza Superiore et HP Stendhal et autres.
Jean.B
Audiophile
Messages : 680
Enregistré le : 06 oct. 2012, 17:41

Message non lu 24 oct. 2015, 11:58

Mes modestes connaissances en électromécanique appliquée et ma grande logique du rationnel
font que je suis en total accord avec la dernière intervention de Mr JMR ci dessus .
Un petit pas pour l'instant mais un grand pas demain pour l'audiophile !
Hélas je suis né trop tôt pour espérer en gouter les déclinaisons nécessaires sans procéder à une reprise de capital action massive préjudiciable à mes vieux jours !
Avatar du membre
Xavier - E&M
Professionnel
Messages : 11029
Enregistré le : 23 août 2012, 17:58

Message non lu 24 oct. 2015, 12:07

C'est pas que industriel, mais par application du principe de réalité, suite à expérimentations et évaluation des résultats effectifs. Trop de traitements correctifs dans ces systèmes finit par tuer ou amoindrir ce qu'il entendait défendre et préserver, voire améliorer.
Le souci (l'un des soucis), comme le souligne Jean-Claude par expérience, c'est qu'il y a des choses au delà des mesures, et des aspects à surveiller comme le lait sur le feu au delà des meilleurs résultats obtenus aux mesures. Beaucoup de constructeurs et d'amateurs d'appareils de retranscription s'arrêtent à ce que disent les mesures (par limite de compétence, par peur de perte de maîtrise sur des phénomènes qui ne deviennent discernables que par les sens et pas par de froides machines, ce qui implique des savoir-faire et une expérience spécifique à ce mode d'évaluation).
On connait bien ça entre nous, avec nos évaluations par les écoutes. Les bonnes mesures sont indispensables, mais pas suffisantes. On a d'ailleurs pu assister en direct, avec Thierry, à des modifications acoustiques sur la VOCE en cours de développement, sur des choses non accessibles aux mesures, mais sensibles à l'oreille. Voir Jean-Claude pointer ces éléments, en connaître ou discerner le champ, puis analyser pour en trouver la source mécanico-acoustique, penser à une correction, et la mettre en oeuvre, permettant des gains qualitatifs audibles dans le subtile et l'équilibre, c'est un sacré moment à vivre.
C'est là où on prend conscience de l'importance de l'expérience, nourrie par des décennies d'expérimentations les plus variées, associée à des oreilles plutôt performantes.
Avatar du membre
JMR
Professionnel
Messages : 168
Enregistré le : 06 nov. 2012, 12:50
Localisation : Barbezieux
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 12:08

Pascal Pebret a écrit :Ah mais, c'est une orientation industrielle tout à fait défendable, Jean Claude !
Mais je reste persuadé que dans ce cas précis, bien que n'étant pas ingénieur acousticien pour pouvoir le prouver, les Adara ou autres enceintes de très haut de gamme devront être posées ailleurs que dans une pièce à vivre !
Je suis loin d'encenser et de vouloir imposer les correcteurs de salle dans un système car ils génèrent forcément des défauts.
Si je pouvais m'en passer aujourd'hui, crois moi, je le ferai volontiers !


Je connais ta situation Pascal et la problématique induite à ton acoustique et en ce sens les systèmes de correction peuvent faire un très bon boulot et sauver des situations complexes voir inextricables...
Ce que je dis juste c'est que lorsque l'on articule son développement d'enceinte acoustique autour d'un calculateur DSP il faut toujours garder à l'esprit que ce n'est pas lui qui fera que l'enceinte est bonne, c'est différent de ce que tu as chez toi. Je parlais simplement de l'approche au niveau de la recherche et du développement. Maintenant que ces procédés se démocratisent et qu'on les voit fleurir dans de nombreuse réalisations, je pense que ce qui fera la différence ce n'est pas la puissance du calculateur ni même sa résolution mais plus sa mise en oeuvre au sein d'un système parfaitement élaboré. Même si tout le monde pourra avoir une belle ligne toute droite en amplitude fréquence je doute que les résultats soient identiques. C'est un savant mélange de technologie certes mais aussi d'expérience et de jugement critique à l'oreille, ça un instrument de mesure ne saura jamais faire :D
Modifié en dernier par JMR le 24 oct. 2015, 12:12, modifié 1 fois.
La connaissance parle, la sagesse écoute... (Jimi Hendrix)
Avatar du membre
JMR
Professionnel
Messages : 168
Enregistré le : 06 nov. 2012, 12:50
Localisation : Barbezieux
Contact :

Message non lu 24 oct. 2015, 12:12

Xavier - E&M a écrit :C'est pas que industriel, mais par application du principe de réalité, suite à expérimentations et évaluation des résultats effectifs. Trop de traitements correctifs, dans ces systèmes' finit par tuer ou amoindrir ce qu'il entendait défendre et préserver, voire améliorer.
Le souci (l'un des soucis), comme le souligne Jean-Claude par expérience, c'est qu'il y a des choses au delà des mesures, et des aspects à surveiller comme le lait sur le feu au delà des meilleurs résultats obtenus aux mesures. Beaucoup de constructeurs et d'amateurs d'appareils de retranscription s'arrêtent à ce que disent les mesures (par limite de compétence, peur de perte de maîtrise sur des phénomènes qui ne deviennent discernables que par les sens et pas par de froides machines, ce qui implique des savoir-faire et une expérience spécifique à ce mode d'évaluation).
On connait bien ça entre nous, avec nos évaluations par les écoutes. Les bonnes mesures sont indispensables, mais pas suffisantes. On a d'ailleurs pu assister en direct, avec Thierry, à des modifications acoustiques sur la VOCE en cours de développement, sur des choses non accessibles aux mesures, mais sensibles à l'oreille. Voir Jean-Claude pointer ces éléments, en connaître ou discerner le champ, puis analyser pour en trouver la source mécanico-acoustique, penser à une correction, et la mettre en oeuvre, permettant des gains qualitatifs audibles dans le subtil'et l'équilibre, c'est un sacré moment à vivre.
C'est là où on prend conscience de l'importance de l'expérience, nourrie par des décennies d'expérimentations les plus variées, associée à des oreilles plutôt performantes.


Tout à fait Monsieur !! Tu as répondu en même temps que moi :P
La connaissance parle, la sagesse écoute... (Jimi Hendrix)
Répondre