Mon compte Enceintes et Musiques - Tél. : +33 (0)6 82 21 79 26

Enceintes et Musiques PEL, JMR, 3D LAB et AUDIOMAT

Commander

Notre site internet vous présente une partie de notre catalogue à titre consultatif.

Pour toute demande de devis et connaître nos meilleurs tarifs et promotions, n'hésitez pas à nous contacter via le formulaire de "contact" ou bien privilégiez le téléphone (06 82 21 79 26). 

Notre service clients et commercial est ouvert tous les jours du lundi au samedi de 9H00 à 18H00

Vous pouvez également nous ecrire par e-mail : contact(arb)enceintesetmusiques.com.

 

Actus & Infos

Un ticket (de cinéma) pour l'Opéra

Nous avons testé ... l'Opéra au cinéma:

Le 19 septembre 2012, l'Opéra de Paris proposait d'assister à la représentation des Contes d'Hoffmann donnée à l'Opéra Bastille, et retransmise en direct, dans plusieurs salles de cinéma partenaires en France et à l'étranger. Nous avons voulu tester cette nouvelle manière d'assister aux représentations.

Du direct, mais en retransmission, qu'est-ce que ça peut donner ?

Petit guide:

L'achat des billets se fait comme pour n'importe quel spectacle: internet, agences de spectacles, comités d'entreprise. Les représentations sont retransmises dans les salles de cinéma partenaires , notamment du groupe UGC, et dans quelques salles de cinéma indépendants, ainsi qu'à l'étranger (Belgique, Inde, ...).
Le concert est retranscrit en direct, en image et son haute définition, selon les moyen techniques des salles (sélectionnées en ce sens).

Ouverture des portes à 18h45, fermeture des portes à 19h15, pour une représentation à 19h30, on est déjà dans une mise en forme qui tient plus de l'Opéra que d'une simple salle de ciné. Placement libre, il est judicieux de venir tôt, ou d'envoyer une personne en avance pour garder des places bien situées dès ouvertures des portes.

Le spectacle de ce soir dure 3h30: 3 actes et un épilogue, dont 2 entractes de 20 mn (minuté à l'écran, très pratique). Nous y assistons au cinéma UGC Bercy à Paris, proche de nos locaux, dans ce "quartier" que constitue la cour St Emilion (et ses boutiques et restaus), les jardins de Bercy, les bords de Seine avec une vie sociale particulière à ces lieux.

Le spectacle capté en direct (pour la partie Opéra en elle même) est retransmis sur l'écran de la salle de cinéma, ainsi que le son, additionné du son et de vues générales de la salle de l'Opéra Bastille (compris les mises en place des spectateurs à la Bastille, et leurs applaudissements).
Avant le concert, et avant chaque reprise d'interruption, les spectateurs délocalisés ont à l'écran les présentations, commentaires et interviews des acteurs et du metteur en scène proposés par Alain Duault, journaliste musical bien connu des amateurs de musique. Rapide présentation des intrigues, et échanges avec les acteurs -vraissemblablement captés lors des répétitions, vu la décontraction générale qui contraste avec le stress forcément lié à une telle représentation en direct, et la nécessaire concentration dont doivent avoir besoin les acteurs avant leur retour sur scène.

Les chants sont sous-titrés, et si ces textes peuvent éventuellement déranger l'image de la scène et des vues filmées (ces signes blancs peuvent troubler la beauté plastique des tableaux), ils se révèlent bien utiles à la compréhension des paroles, et partant au suivi renforcé de l'intrigue et des émotions chantées et jouées. Sous titrage à la rigueur relative, quelques oublis de traductions, des approximations par rapport au texte effectivement chanté, mais rien de dramatique. Juste surprenant, ce petit manque de rigueur dans une machine de cette envergure.

Les spectateurs disposent d'une feuille programme qui détaille elle aussi l'intrigue de chacun des 3 actes indépendants, bien utile pour avoir un "ordre de marche" et une ligne de progression de l'Opéra: les codes, les scénarii même ne sont pas toujours très limpides. Il est intéressant de "préparer" les spectacles d'Opéra avant d'y assister, ça permet de rentrer plus intensément dans l'oeuvre. Ici, les éléments de compréhension de l'intrigue et des personnages sont donnés à la fois par les introductions d'Alain Duault, ainsi que par la feuille de programme. Bien vu, surtout pur une diffusion qui a des chances de toucher un public peu familiarisé avec l'Opéra et ses codes.

Le spectacle: c'est bien un spectacle filmé, avec des prises de vues générales, mais aussi des plans plus serrés. La réalisation (le choix des plans proposés) est bien faite (ce n'est pas toujours le cas des spectacles et de la musique filmée), aucune lassitude, pas d'hystérie de changements de plans, pas de manque de détails ou de plans généraux, la caméra propose ce que l'oeil irait naturellement chercher en direct, aucune impression de rater des choses. Bravo !

Alors: spectacle vivant, ou Opéra filmé ?

Clairement: Opéra filmé.

-L'écran, et l'image même haute définition ne remplace pas la vue directe, le fait d'être présent dans la salle. On est plus facilement bien placé dans la version "cinéma", en arrivant tôt, ou pour le fait que les moins bonnes places de cinéma sont mieux "placées" que les places d'Opéra (distance, places latérales ou(/et) très en hauteur), mais bien placés, la vue directe des personnages et décors est bien plus riche et satisfaisante.

-Idem pour le son. Le son annoncé comme haute définition (HD) reste diffusé par des systèmes de salle de cinéma faits pour le cinéma; le son obtenu par un système domestique de qualité en son normal (et non HD) est capable d'aller bien au delà en qualité: transparence, et surtout présence, impression de réalisme. Et encore plus loin toujours chez soi en son haute définition (SACD, Bluray), et bien sur encore plus loin en direct "live", en étant présent dans la salle, même si là encore toutes les places ne se valent pas à l'Opéra pour la qualité du son.

Je crois que sur l'aspect qualité du son (et de l'image aussi d'ailleurs) je préfèrerais une retransmission en direct sur un système domestique en TNT HD multicanal (ou simplement stéréo), ou un bon DVD/Bluray d'Opéra.

Reste qu'aller à ce type de séance n'est pas le simple et anodin visionnage d'un DVD: projeter à l'avance d'y aller en famille, avec les enfants, avec d'autres personnes dans les mêmes dispositions, pour des oeuvres que la dite famille ne regarderait pas forcément dans le salon familial, ou pas avec la même attention, c'est malgré tout un évènement.

Pour donner mon sentiment général, je dirai qu'assister à la représentation dans la salle (l'Opéra) reste le must, avec la réserve du prix des places, et de la qualité des places (qui est directement lié) - je pense à un regret lié à une représentation donnée par William Christie, dernières places disponibles au poulailler à l'Opéra Comique, poulailler que j'éviterai pour ce type de spectacle, lui préférant un bon DVD du même Christie).

Ensuite, pour la qualité du son, un système domestique de qualité et correctement mis en place permet de bénéficier de la qualité du son et de l'image, et pour l'aspect festif et découverte ou comme spectacle familial marquant, cette solution du direct au cinéma.

L'intérêt est cette démocratisation, non seulement par le prix, mais par l'accessibilité physique et "sociale" du cinéma par rapport à l'Opéra, dont la nature, et l'image élitiste peuvent rebuter. Ces séances sont un bon moyen de diffuser des oeuvres culturelles de qualité, et de faire porter l'envie tant sur ce type d'oeuvre que pour les spectacles de l'Opéra. Une bonne chose donc.

Le prix des places est intermédiaire entre le prix d'une place d'Opéra et d'une place de
cinéma: 28€ (réductions habituelles)

Le spectacle proposé ce soir: les Contes d'Hoffmann, de Jacques Offenbach. Mise en scène prenant quelques libertés avec le livret (sur les lieux notamment), mais cet opéra a l'intérêt de proposer une synthèse imagée de certains aspects de la vie d'Offenbach, en 3 tableaux distincts, qui peuvent constituer une allégorie de son parcours musical et de sa vie de compositeur, disparu juste avant la création* de cette oeuvre.

Les contes d'Hoffmann - Opéra de Paris

* = 1° représentation